•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Barbier à l'ancienne : une tradition entretenue par Francis Jacob à Rouyn-Noranda

Francis Jacob, dans son salon de barbier à l'ancienne, à Rouyn-Noranda

Francis Jacob, dans son salon de barbier à l'ancienne, à Rouyn-Noranda

Photo : Mathieu Gnocchi

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Francis Jacob est barbier. Il pratique son métier à l'ancienne. Son salon, au milieu duquel trône une chaise centenaire, est rempli d'équipements d'époque et agrémenté d'un décor vintage. Les coupes de cheveux qu'il propose sont inspirées des années 1920 à 1950. S'il désire entretenir les techniques traditionnelles du métier de barbier, c'est qu'il a l'impression qu'un certain savoir-faire se perd avec le temps. Il souhaite donc initier une nouvelle génération d'hommes à l'expérience du salon de barbier.

Un article de Félix B. DesfossésTwitterCourriel

J'essaie de reprendre ce qui est en train de s'éteindre, de le garder, de le présenter à une nouvelle génération parce que, un, c'est en train de se perdre, il y un grand déclin, et deux, parce qu'il y a vraiment un engouement en ce moment pour cette espèce... pas de fashion là, mais il y a un intérêt pour les barbiers, et ça prend une relève, une relève masculine.

Une citation de :Francis Jacob

Il a commencé à pratiquer dès son enfance. Il coupait alors les cheveux de ses deux frères, puis de ses amis d'école. Il a ensuite étudié dans le domaine au cours des années 90. La vie l'a ensuite amené au Japon, où il a été DJ pendant plusieurs années.

Avec le récent retour à la mode de la barbe et des coupes de cheveux de style rétro, M. Jacob a saisi l'occasion de retourner à son métier.

Je pense qu'il y a une réappropriation du style, que les hommes sont un peu plus mâles alpha qu'avant, c'est beaucoup plus assumé. C'est dans ce contexte-là que le barbering refait surface, parce qu'il y a un intérêt pour être plus masculin, arrangé, mais assumé.

Une citation de :Francis Jacob

Depuis son ouverture, le barbier a reçu des clients de 7 ans à 81 ans.

Voici l'entrevue accordée par Francis Jacob à l'émission Des matins en or, mercredi.

 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !