•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Algoma Central  : 3 scénarios pour l'avenir

Algoma Central: suspense et questionnement
Radio-Canada

Le train de passagers Algoma Central est entré en gare, peut-être pour la dernière fois, à Sault-Sainte-Marie hier. Après une première tentative infructueuse pour sauver cette liaison ferroviaire, plusieurs se demandent ce que réserve l'avenir à l'Algoma Central Railway. 

La semaine dernière, le Canadien National (CN), qui assure la liaison par intérim, a annoncé qu'il cesserait de le faire, alors que l'entreprise Railmark, choisie pour exploiter le train, n'avait pas réussi à obtenir le financement dont elle avait besoin.

Quel avenir pour Algoma Central? Voici trois possibilités :

1. Un nouvel exploitant

Le groupe de travail mis sur pied pour sauver le train cherche un nouvel exploitant privé pour prendre le relais. Au moment du choix de Railmark, trois autres entreprises avaient aussi démontré de l'intérêt. Dans un monde idéal, un nouvel exploitant pourrait être choisi rapidement. Il faudrait ensuite voir quels seraient les délais pour reprendre la liaison entre Sault-Sainte-Marie et Hearst.

2. Une prolongation du CN

Les municipalités et la Coalition pour le train de passagers Algoma réclament que le CN poursuive l'exploitation du train de façon intérimaire. Il faut préciser que le CN avait d'abord prévu abandonner la liaison en 2014, mais qu'un financement fédéral a permis de prolonger les activités durant plus d'un an. Des pressions politiques pourraient-elles infléchir le transporteur. C'est difficile à imaginer puisque le CN est une entreprise privée. Il reste que 2015 est une année électorale et que certains partis pourraient être tentés de s'immiscer dans le dossier. La liaison ferroviaire traverse deux circonscriptions : Sault-Sainte-Marie (aux mains du Parti conservateur) et Algoma-Manitoulin-Kapuskasing (détenue par le NPD).

3. La fin de la laison ferroviaire

Si aucun exploitant n'est trouvé et que le fédéral refuse de verser davantage d'argent, la liaison ferroviaire pourrait être abandonnée définitivement. Il s'agirait alors de la perte d'un deuxième train de passagers en trois ans dans le nord-est de l'Ontario. Ce scénario toucherait durement la quinzaine de pourvoiries qui sont desservies par le train, une industrie touristique importante dans la région. L'économie de Hearst pourrait également être touchée : à titre d'exemple, les touristes pouvaient embarquer leurs motoneiges sur le train. Mais la Coalition pour le train de passagers Algoma et les villes de Hearst et de Sault-Sainte-Marie voudront vraisemblablement éviter ce scénario.

Le dernier voyage?

Près de 6000 personnes empruntent la liaison ferroviaire chaque année. 

Ontario

Transports