•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bénévoles aux Panam bien formés? Les organisateurs disent oui

Regardez les résultats de notre épreuve des faits
Radio-Canada

VIDÉO - Depuis le début des Jeux panam, certains visiteurs se plaignent d'avoir été mal informés par les bénévoles. Ils affirment, par exemple, qu'on ne les a pas envoyés au bon endroit, ou qu'on ne savait pas où les personnes en fauteuil roulant pouvaient entrer sur les sites de compétitions. 

Nous avons décidé d'aller sur le terrain et de mettre à l'épreuve les connaissances des bénévoles avec une expérience non scientifique. 

Un texte de Laurence MartinTwitterCourriel et de Valérie OuelletTwitterCourriel

Nous avons choisi trois sites assez différents : la gare Union, qui est le point d'arrivée de bien des touristes à Toronto, le parc des expositions, où bien des compétitions ont lieu près du centre-ville, et le Centre aquatique, en banlieue.

À chaque endroit, nous avons parlé à plusieurs bénévoles et à des visiteurs qui ont été servis par ces bénévoles. 

Constat no 1 : les bénévoles sont difficiles d'accès aux médias.

Le comité organisateur leur a dit de ne parler à aucun journaliste. Malgré tout, certains ont accepté de répondre à nos questions. 

Constat no 2 : pour les questions simples, immédiates, aucun problème.

Tous les bénévoles à qui nous avons parlé ont fourni des réponses claires quand nous leur avons demandé où sont les toilettes, ou à quelle heure commence la prochaine compétition, ou encore où acheter des billets.

Constat no 3 : pour l'accessibilité, les questions restent parfois sans réponse.

C'est pour les questions plus pointilleuses que ça se complique parfois. Lors de notre passage à au parc des expositions, lundi, un homme en fauteuil roulant cherchait à prendre un taxi pour rentrer chez lui après avoir assisté à une compétition. Les bénévoles sur place, et même les gardiens de sécurité, ne pouvaient pas l'aider.

Dimanche, même scénario. Une mère de famille qui venait de se blesser à la jambe a tourné en rond pendant près d'une heure, parce que plusieurs bénévoles ne savaient pas où elle pouvait se stationner avec son véhicule. 

Constat no 4 : il y a beaucoup, beaucoup de bénévoles et ils sont très sympathiques.

Ça, c'est le commentaire qui revient peut-être le plus souvent. À quel point les bénévoles sont souriants, gentils et accueillants.

Si vous êtes allés sur des sites de compétition, l'abondance des polos couleur orange, l'uniforme des bénévoles, vous a sans doute marqué.

Il y en a un peu plus de 23 000 au total, souvent des dizaines dans un périmètre de quelques mètres carrés. 

Le comité organisateur aurait-il dû en recruter moins, mais les former davantage?

Bien qu'il se soit dit très fier des milliers de bénévoles recrutés par l'organisation, le directeur général du comité Toronto 2015, Saäd Rafi, a tenu à s'expliquer. 

Chaque bénévole a un rôle précis. Les bénévoles à l'entrée vous aident à trouver les sites de compétitions, les bénévoles à l'intérieur vous aident à trouver les toilettes. Il y a des dizaines de détails à retenir, alors oui, c'est sûr qu'ils n'ont pas de réponses à toutes les questions précises. 

Le directeur général du comité Toronto 2015, Saäd Rafi

Toronto 2015 a également tenu à souligner qu'il ne s'agit que de la quatrième journée des Jeux panam et que les bénévoles se familiarisent encore avec les sites. 

Ontario

Jeux panaméricains