•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle maison pour la petite Alyssa Sippley

Alyssa Sippley

Alyssa Sippley

Photo : Gracieuseté de Sandy Lays

Radio-Canada

La petite Alyssa Sippley, de Baie-Sainte-Anne, au Nouveau-Brunswick, se remet d'une grave infection qui a nécessité l'amputation de ses bras et de ses jambes en novembre dernier. À son retour, elle vivra dans une nouvelle demeure.

Marie-Paule Thériault travaille d'arrache-pied depuis sept mois sur le projet d'une nouvelle demeure pour Alyssa et sa famille. Touchée par ce qui est arrivé à la fillette, elle a voulu les aider à sa façon.

« Alyssa a 10 ans. Elle va vivre bien des années. Tout d'un coup, j'ai juste pensé: mais où est-ce qu'elle va rester? Parce que la maison où elle demeurait, c'est sûr qu'elle ne pouvait pas retourner là. Donc, un bon jour, je me baladais dans Baie-Sainte-Anne et j'ai vu cette maison-là, une maison qui a été abandonnée par la GRC », explique Mme Thériault.

L'idée venait de prendre racine : la maison devait être donnée à la famille Sippley. Marie-Paule Thériault entame les démarches. « Alyssa » devient en quelque sorte un mot de passe qui ouvre bien des portes.

« J'ai juste été obligée de parler à comme trois personnes parce que cette petite fille là a touché les coeurs de plein de monde », souligne Mme Thériault.

« Savez-vous que je n'ai jamais eu de non. À travers toute la bureaucratie que j'ai dû passer, je n'ai jamais eu de non. J'ai eu des complications, mais jamais de non », ajoute-t-elle.

Alyssa SippleyAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Marie-Paule Thériault devant la maison où habitera sous peu Alyssa Sippley et sa famille.

Photo : ICI Radio-Canada/Amélie Gosselin

La convalescence d'Alyssa se déroule bien. Alyssa doit sortir à la fin de juillet du Centre Cassidy, à Fredericton. Il ne manque qu'une signature du fédéral pour que la maison soit enfin à la famille.

Marie-Paule Thériault voulait s'assurer de ne pas offrir un cadeau empoisonné à la famille Sippley. L'organisme Habitat pour l'humanité assurera une présence

« Ils ont une entente avec les parents d'Alyssa pour 15 ans. Pendant ces 15 années-là, ils s'assurent que la maison fonctionne bien », indique Mme Thériault.

La maison sera adaptée aux besoins d'Alyssa.

Ce projet mené par Marie-Paule Thériault est devenu l'oeuvre de toute la communauté. Baie-Sainte-Anne attend le retour d'Alyssa.

« Je sais qu'un jour, sous peu, je vais passer et je vais voir Alyssa assise dehors, en train d'être si bien dans sa nouvelle maison », conclut Marie-Paule Thériault.

D'après un reportage d'Amélie Gosselin

Société