•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La virothérapie : un nouveau traitement pour combattre le cancer

La virothérapuie est un nouveau traitement à l'essai pour combattre le cancer.

La virothérapuie est un nouveau traitement à l'essai pour combattre le cancer.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un nouveau traitement contre le cancer est à l'essai auprès de patients de l'Hôpital d'Ottawa. La technique : utiliser deux virus sous forme de vaccin pour attaquer et tuer des cellules cancéreuses.

Un texte de Jérémie BergeronTwitterCourriel

Des chercheurs de l'Hôpital d'Ottawa et du Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario (CHEO) dirigent ce premier essai clinique mondial.

Les deux virus proviennent d'un rhume, l'AdMA3, et d'un insecte brésilien, appelé MG1MA3. Tous deux n'ont pas d'effets négatifs sur le patient.

Le virus vient d'un insecte de sable du Brésil. On l'a atténué comme un vaccin de façon à ce qu'il puisse se répliquer spécifiquement dans des cellules.

Une citation de :Le Dr Jean-Simon Diallo

Selon le Dr Jean-Simon Diallo, une fois que le virus est entré dans une cellule, il pourra se reproduire au point de faire exploser la cellule. « Le système immunitaire va ainsi commencer à attaquer la tumeur et c'est ça qui va mener à des guérisons », poursuit le médecin.

Cette virothérapie comporterait moins d'effets secondaires que les traitements conventionnels de chimiothérapie et de radiothérapie. En tout, 79 patients participeront à cet essai clinique.

Un traitement différent

Christina MonkerAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Christina Monker

Photo : Radio-Canada

La première à avoir reçu le traitement est une ex-infirmière, Christina Monker, 75 ans.

Malgré des traitements de radiothérapie et plus d'une trentaine de cycles de chimiothérapie, son cancer s'est propagé aux poumons.

J'ai eu beaucoup de chimiothérapie et ça ne marchait pas, la tumeur grandissait. L'essai clinique est la seule chance qu'il me reste.

Une citation de :Christina Monker

Selon la septuagénaire, l'essai clinique est beaucoup moins pénible que les traitements conventionnels, les symptômes ressemblants à ceux d'une grippe.

« La chimiothérapie était vraiment difficile, j'avais beaucoup de douleurs, raconte-t-elle. Avec la virothérapie, c'est vraiment différent. J'ai un petit peu de fatigue et de nausées. »

Mme Monker saura dès la fin du mois si son état de santé s'améliore. « J'ai beaucoup d'espoir », explique la dame tout en souriant.

Les docteurs David Stoijdl, du CHEO, et John Bell, de l'Hôpital d'Ottawa, ainsi que Brian Litchy, de l'Hôpital McMaster, à Hamilton, sont à l'origine de cette approche.

Ce n'est toutefois pas de sitôt que la population en général pourra avoir accès aux traitements développés par les médecins d'Ottawa. L'essai clinique doit être une réussite et se fera en plusieurs étapes, ce qui pourrait prendre de 5 à 10 ans.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !