•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Exclusif

Réfections sismiques : L'École des Navigateurs attendra

écoliers lors d'un éxercice en cas de tremblements de terre

Des écoliers d'une école élémentaire de la Colombie-Britannique dans le cadre d'un exercice de sécurité en cas de tremblements de terre.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'édifice qui abrite l'École des Navigateurs de Richmond est classé parmi les établissements scolaires de la Colombie-Britannique les plus à risque en cas de tremblement de terre et les rénovations sismiques dont elle a besoin pourraient se faire attendre, voire ne jamais se faire.

Un texte d'Annick R. Forest TwitterCourriel

Depuis le début des années 2000, le ministère de l'Éducation travaille à la réfection sismique de ses écoles. Les travaux sont terminés pour plusieurs d'entre elles, mais 339 écoles de la province doivent toujours faire l'objet de rénovations sismiques selon un rapport publié en mai dernier par le ministère (Nouvelle fenêtre).

Celui-ci classe les écoles qui doivent faire l'objet d'améliorations pour les sécuriser en cas de tremblement de terre selon cinq catégories.

L'École des Navigateurs se classe dans la catégorie Élevé 2, soit parmi les structures vulnérables, les plus à risque de dommages répandus ou de défaillance en cas de tremblement de terre.

Une école qui relève du Conseil scolaire de Richmond

L'édifice où se trouve l'École des Navigateurs, qui portait anciennement le nom d'École Alexander Kilgour, appartient au Conseil scolaire de Richmond et est loué par le Conseil scolaire francophone (CSF).

« Si l'école de Richmond doit être rénovée ou solidifiée, il appartiendra au Conseil scolaire de Richmond de s'en occuper », explique le directeur du CSF Bertand Dupain.

Le Conseil scolaire de Richmond a toutefois beaucoup de pain sur la planche en matière de réfection sismique de ses écoles. Une vingtaine de ses écoles élémentaires sont à risque élevé de ne pouvoir résister en cas de tremblement de terre.

Carte illustrant en rouge foncé les zones plus à risque de tremblement de terre. Les icones rouges dénotent les écoles à risque élevé (source : Tamara Baluja / ARForest).

Or, le Conseil scolaire est aux prises avec une diminution significative du nombre de ses inscriptions et tiendra donc dès l'automne une série de consultations publiques.

Au terme de ces consultations qui doivent prendre au moins un an, le conseil déterminera quelles écoles feront l'objet en priorité de réfections sismiques.

En raison du déclin du nombre d'inscriptions, certaines écoles pourraient même être fermées, car elles ne seront plus nécessaires pour accueillir des élèves, indique le Conseil scolaire de Richmond par voie de communiqué.

Une attente qui pourrait être longue pour l'École des Navigateurs

Les rénovations dont a grandement besoin l'École des Navigateurs ne se feront donc pas d'ici au moins un an.

De plus, si le Conseil scolaire de Richmond n'a pas besoin de l'édifice pour les élèves inscrits chez lui, l'École Alexander Kilgour pourrait se retrouver bien loin sur la liste des écoles qui doivent faire l'objet de réfections sismiques.

Ce qui signifie que même si le CSF peut continuer de louer l'École Alexander Kilgour, les 123 élèves et les 25 petits de la garderie qui fréquentent l'École des Navigateurs pourraient bien y terminer leur septième année sans que la structure où ils font leurs classes soit sécuritaire en cas de tremblement de terre.

Attention mégaséisme à l'horizon

Une situation qui n'est pas sans provoquer des inquiétudes, car, c'est connu, le sud-ouest de la Colombie-Britannique est une zone à risque de tremblement de terre et les scientifiques croient qu'un mégaséisme touchera la région au cours des prochaines années.

Selon des scientifiques, quand les deux plaques tectoniques de la côte ouest bougeront, cela provoquera un mégaséisme de magnitude 9, soit un séisme de l'ampleur de celui qu'a connu le Japon en mars 2013.

Historiquement, un tremblement de terre de cette puissance a lieu tous les 500 à 600 ans sur la côte ouest, le dernier étant advenu en 1700. Le prochain pourrait donc survenir à tout moment.

Le saviez-vous?

Les Britanno-Colombiens surnomment le mégaséisme prévu sur la côte ouest « The Big One ».



Les écoles du CSF construites avant 1992 et qui ont fait ou doivent faire l'objet de réfections sismiques.

  • En rouge : les écoles à risque élevé
  • En jaune : les écoles à risque moyen ou faible
  • En vert : les écoles où les travaux sont terminés

Cliquez sur les icônes pour obtenir plus d'information.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !