•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jeux panam : Toronto est-elle réellement accessible?

Jeux panam : l'accessibilité des personnes handicapées en question
Radio-Canada

Ils devaient être des Jeux panaméricains très accessibles pour les personnes qui vivent avec un handicap mais, sur le terrain, certains spectateurs en fauteuil roulant racontent qu'ils ont eu du mal à se rendre jusqu'à leur siège pour assister aux événements.

Mary Penner, par exemple, ne garde pas de très bons souvenirs de la cérémonie d'ouverture. Lorsqu'elle est arrivée sur le site, à bord d'un véhicule adapté, on ne l'a pas laissé descendre à côté de l'entrée et elle a dû se déplacer sur plusieurs mètres avec sa marcheuse.

Une fois à l'intérieur, il n'y avait plus de place pour elle et les organisateurs l'ont fait se déplacer aux quatre coins du stade.

Elle n'est pas la seule à avoir eu un manque de service et des indications contradictoires.

Une autre spectatrice, Kathy Mighton, qui voulait assister aux compétitions de gymnastique dit que pendant une heure, les bénévoles et les policiers l'ont envoyée dans différentes directions ne sachant pas par où une personne à mobilité réduite devait entrer.

Le comité organisateur affirme pourtant que des efforts énormes ont été faits pour rendre ces Jeux accessibles, notamment dans les transports et dans les gradins.

À l'extérieur des sites

Plusieurs critiquent le manque d'accessibilité des Jeux panam.Plusieurs critiquent le manque d'accessibilité des Jeux panam.

Si les infrastructures et sites de compétitions construits spécialement pour les Jeux panaméricains et parapanaméricains sont généralement équipés d'espaces accessibles dernier cri, on ne peut en dire autant des services offerts à l'extérieur de la « bulle Panam », note l'Alliance pour la Loi sur l'accessibilité pour les personnes handicapées de l'Ontario

Qu'ils soient touristes ou athlètes, s'ils sortent de la bulle Panam pour manger ou simplement aller à la salle de bain, ils vont découvrir que les choix sont très limités. Nous ne sommes pas une ville entièrement accessible.

David Lepofsky, porte-parole de l'Alliance pour la Loi sur l'accessibilité pour les personnes handicapées de l'Ontario

À son avis, le comité des Jeux panaméricains n'a pas rempli sa mission de laisser un héritage aux personnes vivant avec un handicap après les compétitions sportives.

Il y a un milliard de personnes vivant avec des handicaps dans le monde, ce sont tous des touristes potentiels et nous n'allons pas leur montrer que nous sommes une ville accueillante pour eux. 

David Lepofsky, porte-parole de l'Alliance pour la Loi sur l'accessibilité pour les personnes handicapées de l'Ontario

M. Lepofsky, qui est aveugle, affirme que le transport en commun n'est pas complètement accessible non plus, ajoutant que dans certaines stations le débarcadère et les wagons ne sont pas au même niveau, créant une marche dangereuse pour les personnes à mobilité réduite.

Selon la Commission des transports de Toronto, 34 des 69 stations de métro sont équipées d'ascenseurs et de débarcadères adaptés.

Les personnes en chaise roulante peuvent aussi monter à bord de sept des 200 tramways de la CTT et plusieurs autobus adaptés circulent tous les jours dans le Grand Toronto.

Depuis le 10 juillet, des navettes adaptées sont aussi postées à la Gare Union pour transporter les visiteurs en chaise roulante sur les différents sites de compétition, a confirmé le porte-parole de la CTT, Brad Ross. 

5 mesures accessibles faciles à mettre en place, selon David Lepofsky

Rampe d'accès pour les chaises roulantes
Places plus larges dans les restaurants pour les chaises roulantes
Menus en braille ou en gros caractères pour les handicapés visuels
Musique d'ambiance moins forte pour les handicapés auditifs
Toilettes pour handicapés au rez-de-chaussée


(Source : l'Alliance pour la Loi sur l'accessibilité pour les personnes handicapées de l'Ontario)

« Ils vont avoir toute une surprise »

Randy McNeil, un résident de Vaughan, aurait vraiment voulu voir les compétitions de rugby en chaise roulante, mais il se contentera des rediffusions à la télévision.

En chaise roulante depuis 10 ans, il explique qu'il lui faut en tout trois heures pour se rendre au centre-ville de Toronto en transport adapté.

Sans le chaos et la congestion routière, ça me prend six heures aller-retour au total. J'étais très intéressé par le rugby en chaise roulante, ça a été inventé au Canada, mais je n'ai pas le courage d'attendre tout ce temps.

Randy McNeil, personne en chaise roulante

À titre de comparaison, le même trajet en voiture prend environ 45 minutes et environ 30 minutes en transport non adapté, selon les estimations de Google Maps et du site officiel de la Commission des transports de Toronto.

Je conseille aux visiteurs d'appeler et s'informer des services offerts par les commerces et les stations de métro avant de se déplacer en ville. Sinon ils risquent d'être très déçus.

Randy McNeil, personne en chaise roulante

Randy McNeil va participer à une seule activité dans le cadre des Jeux panaméricains, un spectacle de danse à Scarborough le 25 juillet prochain parce que le transport adapté est inclus.

Aucun outil exhaustif, mais quelques ressources

Nous avons contacté la Ville de Toronto afin de savoir exactement combien d'édifices municipaux sont considérés accessibles, sans obtenir de réponse.

Une porte-parole a toutefois souligné qu'en vertu de la Loi sur l'accessibilité pour les personnes handicapées de l'Ontario (Nouvelle fenêtre), tous les établissements publics devaient être accessibles en 2015.

Des représentants de l'Association des restaurants et hôtels de l'Ontario (ORHMA), qui représente des milliers d'établissements dans le Grand Toronto, n'étaient en mesure de nous dire combien d'endroits ou quelle proportion des établissements sont complètement accessibles.

Terry Mundell, de la Greater Toronto Hôtel Association, a toutefois souligné que les hôteliers sont pleinement conscients qu'un hôtel adapté peut servir plus de clients et faire de meilleures affaires.

Nous passons beaucoup de temps et d'efforts pour nous assurer que nos établissements hôteliers respectent la loi. Nous organisons des sessions d'information et les hôtels sont inspectés par des experts en accessibilité 

Terry Mundell, Greater Toronto Hôtel Association

Depuis l'annonce de la venue des Jeux panaméricains et parapanaméricains à Toronto, des mesures ont été mises en place pour aider les personnes vivant avec un handicap, par exemple le projet Planat.

Ce site web, parrainé par la Fondation Rick Hansen, encourage les entrepreneurs à s'identifier s'ils sont accessibles et à faire une liste des services qu'ils offrent.

L'organisme Access TO, qui défend les droits des personnes vivant avec des handicaps, a aussi entrepris de répertorier et de visiter des restaurants sur son site web.

Au moment d'écrire ces lignes, il n'existe toutefois pas d'outil ou de répertoire officiel permettant de voir l'ensemble des endroits publics et commerces accessibles de façon exhaustive.

Avec les informations de Laurence Martin et Valérie Ouellet