•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’imam Chaoui poursuit Denis Coderre et la Ville de Montréal

L'imam Hamza Chaoui

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Hamza Chaoui intente une poursuite d'un demi-million de dollars contre la Ville de Montréal et son maire pour atteinte à sa dignité, à son honneur et à sa réputation.

L'imam réclame des dommages-intérêts compensatoires et punitifs pour des propos tenus par Denis Coderre fin janvier, lors d'une conférence de presse, qu'il qualifie de diffamatoires.

« Nous avons affaire à un cas de sécurité publique et d'ordre public [...] Nous avons affaire à un agent de radicalisation, un fomenteur de tensions sociales », avait alors déclaré le maire Coderre en parlant d'Hamza Chaoui, à qui la Ville a interdit d'ouvrir un centre communautaire islamique dans l'arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve.

À la suite des propos du maire, l'imam lui avait fait parvenir une mise en demeure lui réclamant des excuses publiques, à défaut de quoi il lancerait une poursuite judiciaire.

Denis Coderre avait alors répliqué qu'il n'avait aucunement l'intention de s'excuser pour les propos tenus au sujet de M. Chaoui et que si ce dernier déposait une poursuite contre lui, il se défendrait devant les tribunaux.

Le maire de l'arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, Réal Ménard, a réagi en soulignant qu'il ne commentait pas les procédures judiciaires. Il a toutefois déclaré que « le maire a un travail à faire et il l'a fait, et on a d'excellents procureurs », tout en mentionnant que tout justiciable pouvait se prévaloir de la justice.

« Tous les membres du comité exécutif sont derrière le maire de Montréal », a-t-il encore assuré. Nous allons avoir des défenses solides ».

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.