•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La collecte de matières recyclables se fait au trot à Trois-Pistoles

Téléjournal, 23 novembre 1991

Radio-Canada

Depuis le début de l'été, les matières recyclables sont ramassées à l'aide de chevaux au centre-ville de Trois-Pistoles. La Ferme-École des Basques est l'instigatrice de ce projet champêtre et écologique.

Un projet communautaire

Munis d'une voiture tirée par deux chevaux, des Pistolois se chargent maintenant d'arpenter les rues du centre-ville à raison de trois fois par semaine. La calèche, qui a été construite de toutes pièces par les employés, est une source de fierté pour la Ferme-École des Basques.

Les chevaux déambulent trois fois par semaine dans le centre-ville de Trois-Pistoles.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La collecte des matières recyclables se fait à l'aide de chevaux à Trois-Pistoles

Photo : Louis Lahaye-Roy

Le coordonnateur de l'établissement, Gaétan Belzile, estime qu'en plus d'être bonne pour le moral, cette technique est rapide et surtout plus écologique qu'un camion.

En fin de compte, ça nous rend un peu moins dépendants du pétrole et puis, au niveau de l'environnement, on n'aura pas le choix, dans les prochaines années, de poser plusieurs petits gestes.

Gaétan Belzile, coordonnateur à la Ferme-École des Basques
Gaétan Belzile conduit la voiture à chevaux.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Gaétan Belzile conduit la voiture à chevaux

Photo : Radio-Canada

La Ferme-École des Basques est un organisme à but non lucratif qui favorise l'insertion sur le marché du travail de personnes aux prises avec diverses difficultés. Les employés font les foins, travaillent à la forge, soignent les chevaux et, depuis quelque temps, ramassent les matières recyclables. 

Au son des sabots et des clochettes

Le passage de la voiture attire les sourires des touristes et des résidents qui sortent de chez eux pour voir passer. Pour Marie-Josée Tardif, résidente de Trois-Pistoles, il s'agit presque d'une séance de zoothérapie ambulante .

Au fond, à Trois-Pistoles, il y a beaucoup de monde qui est à l'avant-garde pour plein de choses, mais là, je pense que c'est la preuve qu'on fait pas juste penser, on fait, aussi.

Marie-Josée Tardif, résidente de Trois-Pistoles

Gaétan Belzile croit que ce moyen original de faire la collecte du recyclage pourrait s'appliquer à plusieurs villes et villages du Québec.

D'après le reportage de Louis Lahaye-Roy

Est du Québec

Société