•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Maison olympique de Montréal ouvre ses portes

Inauguration officielle de la Maison olympique canadienne

La Maison olympique du Canada a ouvert ses portes à Montréal, jeudi, avec un thème porteur, l'excellence olympique.

Une pléiade d'invités et d'athlètes, une foule de participants et un spectacle qui a atteint son paroxysme avec la cérémonie des anneaux au sommet de la Maison étaient au menu.

Le président du Comité olympique canadien, Marcel Aubut, est le chef d'orchestre de la Maison olympique et il y a dirigé, jeudi, sa première grande partition. Quelques événements soulignant la présence de Thomas Bach sont venus jalonner le parcours.

Le président du Comité international olympique (CIO) a entamé la journée à l'hôtel de ville de Montréal pour un petit déjeuner. Le maire Denis Coderre l'a fait citoyen d'honneur et lui a remis les clés de la ville.

Après un bref passage au bureau de l'Agence mondiale antidopage à la tour de la Bourse, le Grand Timonier du CIO a pris le chemin du Palais des Congrès, où il a prononcé une allocution au cours d'un dîner-conférence.

Vers 15 h, Bach a terminé sa tournée au CEPSUM de l'Université de Montréal, où il a reçu un diplôme honoris causa. C'est à cet endroit que Bach et ses coéquipiers de l'équipe de l'Allemagne de l'Ouest ont raflé l'or au fleuret lors des Jeux olympiques de Montréal, en 1976, devant l'Italie et la France.

« Je suis très reconnaissant envers l'Université de Montréal. Pas seulement pour ce doctorat honorifique, mais également pour m'avoir permis de revivre ces bons moments. »

« Ç'a été un grand moment de joie pour moi, mais aussi d'une grande tristesse, car je me suis rappelé Harald Hein, un bon ami à moi, mon coéquipier qui a effectué la touche gagnante de cette compétition, qui est décédé d'un cancer du cerveau il y a quelques années », a-t-il ajouté au moment d'accepter son diplôme, la voix chargée d'émotion.

C'est à 18 h que les cérémonies à la Maison olympique se sont amorcées avec un volet familial.

La journée de l'olympisme canadien

Les présentations se sont par la suite enchaînées avec, notamment, le dévoilement de l'expérience olympique et la salle Lausanne.

« On réalise un rêve qu'on caressait depuis plusieurs années, a lancé Aubut, avant de recevoir des mains de Bach le trophée du Président du CIO pour son implication au sein du Mouvement olympique. Le COC a maintenant sa maison, bravo! »

La soirée a été un véritable festival de l'olympisme. Le public a été convié à une immense fête sur le boulevard René-Lévesque, fermé entre St-Alexandre et Robert-Bourassa pour l'occasion. Sur place, il a pu rencontrer bon nombre d'olympiens -- 267 en tout -- avant d'assister à un spectacle au cours duquel s'est notamment produit le Cirque du Soleil.

« Je pense que cette journée-là va passer à l'histoire, a déclaré la hockeyeuse France St-Louis, médaillée d'argent des Jeux de Nagano, en 1998. (...) C'est à Montréal, chez nous, c'est quelque chose. Je me souviens, c'était au Stade olympique, dans la cave [et] sans fenêtre [que se retrouvait] le bureau du COC. On dira ce qu'on voudra, Marcel Aubut en a défoncé des portes. »

« Quand tu sais que Marcel Aubut est derrière un événement, tu sais que ça va être gros, mais c'est vraiment plus gros que [ce à quoi] je pensais », a ajouté Marie-Philip Poulin, décorée d'or aux Jeux de Vancouver et de Sotchi.

Finalement, peu avant 22 h 30, une mise en scène saisissante, avec sons et lumière sur la Maison, a donné tout son éclat au point culminant de la soirée : la cérémonie des anneaux olympiques au sommet de la maison.

« Pour l'éternité! », a souligné avec enthousiasme Aubut, faisant de Montréal la seule autre ville dans le monde avec Lausanne, site du siège social du CIO en Suisse, à posséder des anneaux olympiques illuminés en permanence.

La Maison est située au 500, boulevard René-Lévesque Ouest.

Entrevue avec François Hamelin

Sports