•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Route verte : « Ce n'est pas une dépense, mais un investissement », dit Vélo Québec

Route verte
Route verte Photo: Jean-François Deschenes

L'organisme Vélo Québec affirme que les plus petites municipalités ne sont pas en mesure de pallier les coûts d'entretien de la Route verte qui étaient auparavant assumés par le gouvernement provincial.

Un texte de Laurence GallantTwitterCourriel

En entrevue à l'émission D'Est en Est, la directrice générale de Vélo Québec, Lucie Lanteigne, a souligné qu'une contribution de 2 millions de dollars serait nécessaire pour éviter que la piste cyclable ne se détériore.

Ça prend un minimum qui sert de levier. Par ailleurs, les retombées économiques en TVQ que génèrent les touristes font que les revenus sont supérieurs aux dépenses. Donc ce n'est pas une dépense, c'est un investissement.

Lucie Lanteigne, directrice générale de Vélo Québec

En novembre dernier, avec la signature du Pacte fiscal transitoire avec les municipalités, le gouvernement s'est départi de la responsabilité d'entretenir la Route verte qu'il partageait à 50 % avec le milieu municipal. Cela représente un manque à gagner de 2,8 millions de dollars.

La Route verte est le plus grand itinéraire cyclable en Amérique qui s'étend sur plus de 5000 kilomètres.

Les sentiers hors-route touchés

Ce sont les 2000 km qui se trouvent en dehors du réseau routier, qui seront touchés par le manque de financement.

« Où les coupures vont faire le plus mal, c'est pour les sentiers hors-route, comme la route du Petit-Témis, qui part de Rivière-du-Loup jusqu'à la frontière du Nouveau-Brunswick », affirme Lucie Lanteigne.

Le lac TémiscouataLe lac Témiscouata Photo : Radio-Canada/Étienne Dumont

Par ailleurs, en Gaspésie, les 650 km de la Route verte se trouvent à 90 % sur le réseau routier, et bénéficient donc toujours de l'entretien du Ministère des Transports.

Vélo Québec aimerait voir naître un fonds capitalisé pour assurer l'entretien de la Route verte. D'ici là, deux millions de dollars sont demandés par Vélo Québec. D'autres moyens de financement sont également envisagés, comme la mise à contribution du milieu des affaires.

Est du Québec

Société