•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Être transgenre en Abitibi-Témiscamingue

Cathy Gélinas, présidente de la Coalition d'aide aux gais et lesbiennes d'Abitibi-Témiscamingue, et Philippe Dupuis, transgenre

Cathy Gélinas, présidente de la Coalition d'aide aux gais et lesbiennes d'Abitibi-Témiscamingue, et Philippe Dupuis, transgenre

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Philippe Dupuis est transgenre. La transsexualité est de plus en plus présente dans les médias. Mais quelle est la réalité, au quotidien, des personnes transgenres dans une région comme l'Abitibi-Témiscamingue? Qu'en est-il des démarches pour les opérations? De la réalité du changement d'identité?

Selon Cathy Gélinas, présidente de la Coalition d'aide aux gais et lesbiennes d'Abitibi-Témiscamingue, il y a de nombreuses personnes transgenres dans la région. « J'en accompagne une quinzaine, mais je sais qu'il y en a d'autres dans différentes MRC, ailleurs, qui ont des suivis aussi. Il y a quand même plusieurs personnes, c'est surprenant. Quand j'ai commencé à travailler avec cette clientèle-là, je ne m'attendais pas à en rencontrer autant », explique-t-elle.

Philippe Dupuis, accompagné par Cathy Gélinas, a expliqué la réalité des personnes transgenre en Abitibi-Témiscamingue à l'émission Des matins en or. Voici l'entrevue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !