•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mère d'une enfant handicapée plongée dans l'incertitude : la Ville de Rouyn-Noranda s'explique

Mélanie Cossette et sa fille Sofianne

Mélanie Cossette et sa fille Sofianne

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Depuis deux ans, la Rouynorandienne Mélanie Cossette espère bénéficier d'une aide financière pour adapter sa maison pour sa fille polyhandicapée, Sofianne. Cependant, la Ville de Rouyn-Noranda ne souhaite plus gérer le Programme provincial d'adaptation de domicile de la Société d'habitation du Québec. Des familles demeurent donc dans l'incertitude quant au financement des travaux d'adaptation de leur logement.

Avec les informations de Vanessa LimageTwitterCourriel

Mélanie Cossette est mère de deux enfants, dont Sofianne, 4 ans. Sofianne est polyhandicapée. Sa mère doit la déplacer en fauteuil roulant. Il y a actuellement des travaux de rénovations en cours dans sa demeure pour adapter la maison familiale à la situation de Sofianne. Mais l'argent manque pour effectuer d'autres travaux dans la maison.

Pourtant, la famille a droit à une aide financière de 16 000 $ du Programme d'adaptation de domicile. Mais voilà que l'unique mandataire de ce programme dans la MRC, la Ville de Rouyn-Noranda, s'est désistée.

Mélanie Cossette ne sait toujours pas quand elle aura accès à une subvention. Son nom se trouve sur une liste d'attente depuis deux ans. « Sofianne, tu vois, elle a une poussette adaptée. C'est un équipement qui est très très lourd. [Donc], éventuellement on parle d'un ascenseur qui va être dans le garage, mais ça, c'est autour de 18 000 $. Donc on n'est pas rendu là », explique-t-elle.

Pour l'instant, c'est grâce à différentes campagnes de financement que des aménagements ont pu être faits dans la maison. Jusqu'à présent, la famille a amassé 9500 $. C'est via sa page Facebook « Ensemble pour Soso » que Mélanie Cossette a lancé son cri du coeur.

La SHQ a tenté de convaincre la Ville de Rouyn-Noranda

Selon la Société d'habitation du Québec, Rouyn-Noranda est la seule municipalité au Québec à s'être désistée du Programme d'adaptation de domicile. « La SHQ a communiqué avec la Ville de Rouyn pour la convaincre de demeurer responsable du programme auprès de ces citoyens. Puis, pour l'instant, la Ville et la SHQ cherchent une solution pour voir si une autre ville du territoire pourrait agir comme mandataire du programme », indique le conseiller aux communications à la SHQ, Sylvain Fournier.

La Ville de Rouyn-Noranda s'explique

Conférence de presse de la Ville de Rouyn-Noranda. Au centre, le maire, Mario Provencher.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Conférence de presse de la Ville de Rouyn-Noranda. Au centre, le maire, Mario Provencher.

Après avoir refusé de commenter la situation, le maire de Rouyn-Noranda, Mario Provencher, a tenu un point de presse pour clarifier la situation, mercredi. La Ville de Rouyn-Noranda a expliqué les raisons de son désistement à titre de mandataire du programme d'adaptation à domicile de la Société d'habitation du Québec.

Le maire Provencher a expliqué que la municipalité était incapable de traiter les demandes dans des délais raisonnables. C'est pourquoi elle a demandé à la SHQ de trouver un autre mandataire pour faire transiter les sommes du programme. En attendant, elle a mandaté une ressource privée pour faire cheminer six dossiers en attente depuis un certain temps.

On a demandé à la SHQ... on leur a dit comme quoi on ne voulait plus être mandataires. Mais, parallèlement à ça, pour ne pas laisser les gens dans un vide, on a fait affaire avec une dame qui est spécialisée là-dedans, dans le milieu privé, qui dessert d'autres MRC ici en Abitibi, pour que les projets puissent continuer à couler dans la machine, comme si la Ville [était] là.

Mario Provencher

Selon le maire, il ne s'agit pas pour la ville de se délaisser de ses responsabilités. Et Mario Provencher mentionne que la municipalité n'est pas tenue de gérer ce programme.

Premièrement, c'est un programme de la SHQ. À ce que je sache, ce n'est pas une obligation municipale. On a été identifiés comme mandataires donc, je pense que comme gestionnaires d'une ville, on a le droit de décider quels sont les programmes [auxquels] la Ville adhère. Il y a beaucoup d'autres programmes [dont] la Ville n'est pas le mandataire et la terre continue à rouler, alors je ne vois pas le problème que ça peut amener.

Mario Provencher

Cette solution est toutefois temporaire. La Ville, la Société d'habitation du Québec et le Centre intégré de santé et de services sociaux doivent poursuivent leurs discussions afin de trouver un nouveau mandataire. Entre-temps, la municipalité continuera d'assumer l'intérim.

Mario Provencher ignore pour le moment qui pourra reprendre le flambeau, puisque la MRC Abitibi gère déjà les dossiers du secteur Amos et Val-d'Or.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !