•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Micmacs lancent une poursuite contre le projet de Chaleur Terminals Inc.

Le port de Belledune

Le port de Belledune, dans le Restigouche (archives).

Radio-Canada

Le Secrétariat Mi'gmawei Mawiomi (SMM), qui représente les trois communautés micmaques de la Gaspésie, au Québec, a déposé une poursuite judiciaire lundi pour empêcher la construction d'un terminal pétrolier au port de Belledune, au Nouveau-Brunswick.

Le projet de terminal qu'élabore présentement Chaleur Terminals Inc. impliquerait le transport de « 175 000 barils de pétrole à travers le territoire des Micmacs au Québec et au Nouveau-Brunswick, le long des rivières au saumon sacrées Matapédia et Restigouche et de la baie des Chaleurs, en violation du titre aborigène, des droits ancestraux et des droits issus de traités des Mi'gmaq », peut-on lire dans le communiqué de presse envoyé par le Secrétariat.

« Le projet présente non seulement un nombre important de risques inacceptables qui n'ont pas fait l'objet d'une évaluation environnementale en bonne et due forme, mais en plus, ce projet ne contribue aucunement au bien social commun », a déclaré le président du Secrétariat Mi'gmawei Mawiomi, Scott Martin.

Chaleur Terminals a récemment obtenu un permis pour construire 12 réservoirs de pétrole. On évoquait jusqu'à tout récemment des travaux de construction commençant dès cet été. En principe, les installations pourront accueillir jusqu'à 220 wagons de pétrole par jour.

L'entreprise albertaine veut transporter du pétrole de l'Alberta par rail jusqu'à Belledune pour le charger sur des pétroliers à destination de divers marchés outre-mer.

Le projet avait reçu l'approbation environnementale du Nouveau-Brunswick en juillet 2014. Quelque 200 personnes seraient embauchées pour la construction. La gestion du terminal entraînerait la création de 20 à 30 emplois permanents.

Société