•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une application mobile se met au service du système de santé

L'application mobile Doctr

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Quatre jeunes Montréalais viennent de lancer une application mobile qui répertorie le taux d'occupation sur civières dans les salles d'urgence et l'achalandage dans les cliniques sans rendez-vous du Québec, pour aider les utilisateurs à avoir une idée du temps d'attente qui pourrait leur être imposé avant de recevoir des soins.

L'application mobile gratuite « Doctr » regroupe tous les hôpitaux de la province, 3500 cliniques publiques et privées ainsi que plusieurs autres organismes qui offrent des soins de santé plus spécialisés. Les utilisateurs peuvent naviguer parmi les cliniques en fonction de leur position géographique et de leurs besoins médicaux.

La jeune entreprise montréalaise a eu l'idée de cet outil en trouvant les bases de données de l'ensemble des services de santé du Québec. « Beaucoup de gens vont à l'urgence au lieu d'aller en clinique, alors que la plupart des cas pourraient être réglés en clinique », rapporte le cofondateur Stéphane Boyer.

Le ministère de la Santé rapporte que 60 % des visites à l'urgence pourraient être traitées par un médecin de famille ou en clinique. Notons que le temps d'attente à l'urgence est non seulement influencé par l'achalandage, mais aussi par le niveau de priorité accordé aux problèmes de santé des patients.

Les fondateurs de Doctr travaillent sur le projet depuis janvier et sont persuadés d'arriver à améliorer le système de santé en permettant une meilleure répartition des patients dans le réseau.

Mise au point

Dans une version précédente de cet article, il n'était pas précisé que le taux d'occupation mesuré dans les urgences était celui des patients sur civières, et non de toutes les personnes pouvant s'y trouver.

De plus, le titre laissait entendre que l'application permettrait de « gagner du temps à l'urgence », alors que l'attente peut être influencée non seulement par l'achalandage, mais aussi par l'ordre de priorité des patients.

Des précisions ont donc été apportées à la version actuelle de l'article.

Une application en constante évolution

Une première version de l'application a été lancée en avril pour être testée. Déjà, plusieurs améliorations ont été apportées, dont l'intégration des cliniques sans rendez-vous. Plus de 400 personnes ont déjà téléchargé l'application.

Certaines fonctionnalités doivent encore être améliorées. Certaines agences de santé, entre autres à Laval et en Montérégie, ne mettent pas à jour leurs données et les informations disponibles pour la Ville de Montréal sont seulement actualisées le matin.

Les fondateurs prévoient rencontrer le ministère de la Santé prochainement pour lui faire valoir l'importance des données actualisées et espérer convaincre les centres de santé à la traîne d'agir en ce sens.

Si possible, Stéphane Boyer aimerait pouvoir offrir un système automatisé de prise de rendez-vous et même le renouvellement de prescription automatisé.

L'application mobile est disponible sur iOS et Android.

Grand Montréal

Société