•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Budget 2015-2016 du CIUSSS de l'Estrie-CHUS : pas de déficit, malgré des compressions de 30 millions $ 

Les services hospitaliers au Canada procurent beaucoup d'emplois.
Les services hospitaliers au Canada procurent beaucoup d'emplois. Photo: Radio-Canada

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l'Estrie – Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CIUSSS de l'Estrie – CHUS) devra sabrer 30 millions  $ du budget de 1,1 milliard $ accordé en avril par le ministère de la Santé et des Services sociaux.

Un texte de Marie-Claude Lyonnais TwitterCourriel

Selon les orientations budgétaires dévoilées jeudi, l'établissement devra également assumer une facture non récurrente de 12 millions $ consécutive au chevauchement de jours fériés, au niveau d'indexation de certains services et en raison des salaires à payer le 29 février, 2016 étant une année bissextile.

« On partait avec un budget équilibré, contrairement à d'autres régions où il y avait des déficits », explique Annie-Andrée Émond, coordonnatrice du service des communications du CIUSSS de l'Estrie-CHUS. « Pour atteindre les objectifs gouvernementaux, le réseau devra faire des efforts. Il est demandé de faire des compressions de 2 %. Pour le CIUSS, 2 %, c'est 30 millions. »

La situation, en Estrie, est avantageuse, selon elle, d'autant plus que la moitié des indemnités de départ des cadres ayant quitté, ou sur le point de quitter, a déjà été assumée. Elle affirme que les cibles choisies visent davantage le secteur administratif, et pourront être atteintes.

On ne sera pas en déficit. On va récupérer l'argent sans couper les services aux patients [...] C'est un très gros défi, mais on pense qu'en Estrie, on est capable de le relever.

Annie-Andrée Émond, coordonnatrice du service des communications du CIUSSS de l'Estrie-CHUS

Des économies grâce à des compressions et à des mesures d'optimisation

Quatre secteurs ont été ciblés pour atteindre les objectifs budgétaires, soit la révision de la gouvernance administrative, la pertinence des soins et services en santé physique, l'approvisionnement en commun et la pertinence des soins cliniques.

Annie-Andrée Émond explique qu'une bonne partie des économies a été réalisée avec l'abolition de 90 postes-cadres en administration, dans la foulée de la loi 10. « Juste cela, c'est une économie de 9 millions $ ». De plus, ces compressions entraînent également une réduction du personnel de soutien et à une meilleure utilisation du personnel en place. Des mesures qui permettront d'épargner un autre 17 millions $.

Avec la fusion des agences régionales, Annie-Andrée Émond soutient que cela va également permettre de mettre en place des mesures d'optimisation, en évitant notamment la duplication des tests diagnostiques. Le réseau veut aussi évaluer la pertinence des soins, faire mieux avec moins.

De plus, la fusion va permettre de faire des économies d'échelle en faisant des approvisionnements en commun. Le recours aux agences ne sera plus nécessaire puisqu'il y a une meilleure mobilité des travailleurs.

Certains projets devront toutefois être reportés, mais le CIUSSS-CHUS maintient que les grands chantiers prévus ne seront pas touchés.

Annie-Andrée Émond soutient que par rapport aux budgets de l'année dernière des agences régionales, le montant alloué aux soins aux patients reste le même. « Seul le budget administratif a subi une diminution », mentionne-t-elle. 

Estrie

Santé publique