•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'avenir du train l'Amiral menacé? 

Le reportage de Martin Toulgoat
Radio-Canada

L'incertitude plane sur l'avenir du train touristique l'Amiral, en Gaspésie. Cloué en gare en pleine saison touristique, tous ses voyages sont annulés au moins jusqu'à l'automne.

C'est que des travaux majeurs pour sécuriser le pont ferroviaire Haldimand à Gaspé doivent se faire. Évalués à 1 million de dollars, ils devraient durer deux mois.

Le propriétaire du rail gaspésien, Transports Québec, n'a toujours pas confirmé ses intentions.

« C'est une chose de lancer un appel d'offres, mais la deuxième des choses, on ne sait pas à quel prix ça va sortir et c'est le gouvernement qui va prendre la décision, indique le président de la Société de chemin de fer la Gaspésie, Éric Dubé. N'étant plus sous notre contrôle, il y a plus de risques. »

Jusqu'à nouvel ordre, Transports Québec interdit ainsi toute circulation ferroviaire sur le pont Haldimand.

Perte de confiance

Cette décision entraîne l'annulation de huit excursions qu'avait prévues Escale Gaspésie. L'organisme avait vendu ces voyages aux compagnies de croisières internationales pour découvrir le panorama entre Gaspé et Percé.

Le principal client du train a perdu confiance et ne veut plus prendre le risque d'être forcé à faire d'autres annulations.

C'est l'incertitude qui, année après année, depuis déjà trop longtemps revient systématiquement nous hanter dans nos programmes. À un moment donné, il faut peut-être s'attendre à ce que les lignes de croisières passent à autre chose.

Stéphane Ste-Croix, directeur général d'Escale Gaspésie

Les travaux reportés

Les travaux de réfection du pont ont été interrompus une première fois en 2013, faute d'argent, et mis en veilleuse avec la faillite de la Société du chemin de fer de la Gaspésie et le rachat du rail plus tôt cette année.

« Ce printemps, on savait qu'on avait ces travaux-là à faire, indique le président de la SCFG, Éric Dubé. L'objectif de la Société a toujours été de mettre ça en branle le plus rapidement possible, mais il faut comprendre que les délais ne viennent pas de notre part. »

Escale Gaspésie a déjà été échaudée une première fois, alors que le train touristique n'a pas été livré comme prévu à l'automne 2012, mais un an plus tard. Le train avait déjà été offert aux compagnies touristiques de croisières internationales.

D'après le reportage de Martin Toulgoat

Est du Québec

Société