•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Santé Canada juge l'amiante plus dangereux qu'avant

Fibre de chrysotile
Fibre de chrysotile Photo: AP/Rich Pedroncelli
Radio-Canada

Depuis quelques jours, Santé Canada s'est discrètement rangé derrière l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en modifiant sa directive sur les risques liés à l'exposition à l'amiante.

Selon les vérifications du Globe and Mail, le site web de l'agence gouvernementale indique depuis le 19 juin dernier (Nouvelle fenêtre) qu'« en cas d'inhalation, les fibres d'amiante peuvent causer le cancer et d'autres maladies ».

Dans une version plus ancienne du site, dont les informations dataient de 2012, Santé Canada affirmait que lors qu'inspiré « en grandes quantités », l'amiante peut causer le cancer et l'amiantose (maladie des poumons).

Santé Canada calque sa position sur celle de l'OMS, qui n'a jamais établi de niveau d'exposition à l'amiante sans danger.

Santé Canada, en outre, ne discrimine plus. Sur son site web, on affirmait auparavant que le chrysotile – l'amiante que le Canada extrait et exporte - est « moins puissant » et moins nuisible que les autres formes d'amiante. Ce n'est plus le cas.

L'OMS et d'autres organismes médicaux ont toujours soutenu que toutes les formes d'amiante sont cancérigènes pour les humains.

Le Canada, jadis un des plus grands exportateurs d'amiante, s'est toujours opposé à ce que le chrysotile soit considéré comme un produit dangereux et inscrit comme tel à la Convention de Rotterdam, un traité qui régit le commerce international des produits dangereux.

Selon un document obtenu par le réseau anglais de Radio-Canada en 2011, Santé Canada avait mis en garde le gouvernement fédéral dès 2006 contre la nocivité de l'amiante chrysotile et voulait le faire inscrire comme produit dangereux.

Société