•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Obama concrétise le rétablissement des relations avec La Havane

Le président américain, Barack Obama, en compagnie du vice-président, Joe Biden, à la Maison-Blanche, le 1er juillet.

Photo : Jonathan Ernst / Reuters

Radio-Canada

Les États-Unis et Cuba ont officiellement accepté mercredi de rouvrir leur ambassade respective à La Havane et à Washington. Voilà qui marque une étape historique dans la normalisation des relations entre les deux pays, rompues pendant plus d'un demi-siècle.

À la Maison-Blanche, le président Barack Obama a déclaré que cette restauration formelle des relations diplomatiques entre Washington et La Havane illustre à quel point les États-Unis n'ont pas à rester prisonniers du passé.

Il y a un an, il aurait pu paraître impossible que les États-Unis puissent à nouveau lever leurs couleurs [...] au-dessus d'une ambassade à La Havane.

Barack Obama

Dans une lettre lue presque au même moment à la télévision nationale cubaine, son homologue Raul Castro confirmait la réouverture prochaine d'ambassades dans les deux capitales.

Le secrétaire d'État John Kerry se rendra cet été à La Havane pour présider la cérémonie durant laquelle sera hissé le drapeau américain au-dessus de l'ambassade.

Barack Obama affirme en outre que la réouverture complète de l'ambassade à La Havane signifie que les diplomates américains pourront avoir des contacts directs avec les responsables cubains, avec les représentants de la société civile et les citoyens cubains. Le président Obama faisait ainsi référence à la liberté de mouvement des diplomates américains en sol cubain, un sujet sensible dans les négociations qui ont mené à la réouverture des ambassades.

C'est dans cet immeuble que Cuba ouvrira son ambassade à Washington.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

C'est dans cet immeuble que Cuba ouvrira son ambassade à Washington.

Photo : Yanik Dumont-Baron

Fait important, Barack Obama appelle le Congrès américain à lever l'embargo qui pèse sur Cuba. De l'avis du président, les législateurs doivent prêter l'oreille à ce que leur disent tant les citoyens cubains qu'américains, ces derniers étant opposés au maintien des sanctions économiques contre La Havane.

Cuba et les États-Unis sont séparés seulement par le détroit de Floride et, depuis 50 ans, des centaines de milliers de Cubains ont émigré aux États-Unis. Les émigrés des débuts de la révolution s'opposent toujours à tout rapprochement avec le régime de La Havane. Cependant, les immigrés plus récents accueillent plus favorablement l'annonce d'un dégel.

Avec les informations de Associated Press, Reuters, et Agence France-Presse

International