•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fusion des offices municipaux d'habitation : le Témiscamingue inquiet

Les résidences arc-en-ciel sont gérées par l'Office municipal d'habitation de Ville-Marie

Les résidences arc-en-ciel sont gérées par l'Office municipal d'habitation de Ville-Marie

Photo : Boualem Hadjouti

Radio-Canada

Les offices municipaux d'habitation du Témiscamingue craignent de faire les frais d'une restructuration à venir, alors que le gouvernement veut regrouper les offices municipaux d'habitation du Québec dès 2017 et que ceux du Témiscamingue pourraient dépendre de Rouyn-Noranda, ce qui aurait des conséquences sur l'offre de services aux locataires, selon les responsables.

Avec les informations de Boualem HadjoutiTwitterCourriel

Les offices municipaux d'habitation de Ville-Marie, Lorrainville et de Saint-Bruno-de-Guigues comptent 78 occupants, qui vivent dans de petites résidences qui permettent le contact humain avec les locataires. Nancy Cossette, qui dirige les trois OMH, craint que cela ne soit plus possible s'ils sont rattachés à Rouyn-Noranda.

Gestion à distance

« Va-t-il y avoir quelqu'un encore au bureau ici pour répondre immédiatement à leurs besoins, si c'est géré par Rouyn?, s'interroge-t-elle. Est-ce qu'ils vont oser appeler quelqu'un à Rouyn pour dire : "j'ai un bout du comptoir qui a décollé"? Moi j'ai l'impression que non. »

Claire Gratton, qui habite à l'OMH de Ville-Marie, redoute la perte possible du service de proximité. « Ça m'inquiète, lance Mme Gratton. Ça prend quelqu'un qui est présent au moins comme elle à tous les deux jours. S'il y a une urgence, on l'appelle. »

Nancy Cossette a demandé l'appui des trois municipalités pour conserver l'administration des offices au Témiscamingue. 

Réalités différentes

Même s'il s'agit d'un projet, l'idée de fusionner les offices ne rassure pas la directrice de l'OMH de la ville de Témiscaming. Julie Dénommé explique que les deux scénarios possibles sont une fusion par MRC ou avec Rouyn-Noranda, ce qui, dans un cas comme dans l'autre, ne fait pas l'affaire des résidents de son office. 

« Que ce soit Rouyn ou que ce soit Ville-Marie, la crainte est la même, avance Julie Dénommé. Notre clientèle est vraiment différente du restant de l'Abitibi-Témiscamingue, à cause de la langue. »

Elle dit qu'elle a le soutien des municipalités de Témiscaming et de Kipawa pour le maintien du statu quo. 

La Société d'habitation du Québec confirme qu'il y a bel et bien des projets de fusions, mais que les scénarios sont encore à l'étude.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Société