•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Premier atelier de sensibilisation de l'Association des véhicules électriques dans la région

Un propriétaire de voiture électrique répond aux questions des participants à l'atelier de sensibilisation de l'Association des véhicules électriques du Québec
Un propriétaire de voiture électrique répond aux questions des participants à l'atelier de sensibilisation de l'Association des véhicules électriques du Québec Photo: Godefroy Macaire Chabi
Radio-Canada

La section Abitibi-Témiscamingue de l'Association des véhicules électriques du Québec (AVEQ) tenait sa première journée de sensibilisation et de promotion de ce mode de transport dans la région hier, à Amos.

Un atelier d'information et une vingtaine d'essais routiers ont été organisés, en compagnie de quelques propriétaires de véhicules électriques et hybrides bénévoles.

Combattre les préjugés

« Les gens ont l'air quand même intéressés, mais souvent mal informés, analyse Félix Dumont, l'un des premiers propriétaires de voiture électrique dans la région. Ils nous arrivent avec des préjugés, pensent que ce sont des véhicules qui n'ont pas de puissance, une faible autonomie, que les batteries ne sont plus bonnes après trois ans [alors] qu'elles sont garanties pendant huit ans. C'est une bonne journée, on va pouvoir les informer. »

Ça ne coûte vraiment pas cher à rouler – environ 1,25 $ pour 100 kilomètres. Ça a aussi une puissance vraiment instantanée, ce n'est pas comme une auto à essence conventionnelle, tu pèses et ça fait juste y aller.

Félix Dumont, l'un des premiers propriétaires de véhicule électrique dans la région

 Surprises quant à la performance

« Je suis resté surpris un peu, dit un homme qui a pris part à un essai routier. Je pensais qu'il y avait un moteur par roue, mais non, c'est juste un gros moteur qui fait virer les roues. Et pour la conduite, c'est pas mal bon », poursuit-il.

Un autre père de famille est venu tester la conduite d'un véhicule électrique. « Ça fait longtemps que je regarde. Présentement, avec la grande famille, c'est un peu difficile parce qu'il n'y a pas de gros véhicules. Mais j'ai bon espoir que dans le futur [les constructeurs] vont améliorer cet aspect-là », espère-t-il. 

D'autres ateliers de sensibilisation doivent être réalisés prochainement à Val-d'Or, Rouyn-Noranda et La Sarre.

L'Association des véhicules électriques du Québec compte plus de 2500 membres dans la province. Elle a pour mission de contribuer à l'électrification des transports au Québec.

Abitibi–Témiscamingue

Société