•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'heure de la retraite a sonné pour Monique Rousseau, enseignante à l'École canadienne-française

Les élèves de Monique Rousseau lui donnent des derniers câlins.

Les élèves de Monique Rousseau lui donnent des derniers câlins.

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La fin des classes a pris une couleur toute spéciale au pavillon élémentaire de l'École canadienne-française de Saskatoon, avec le départ à la retraite de la toute première enseignante de l'école : Monique Rousseau.

Dans le plus grand secret, les élèves et le personnel se sont préparés à tourner une page importante de l'histoire de leur école en rendant hommage à Mme Rousseau, enseignante de première année, qui s'est dévouée à 600 petits Fransaskois pendant ses 33 ans de carrière.

« C'est vraiment quelque chose quand on y réfléchit, c'était la toute première enseignante de l'école », souligne Raoul Granger qui faisait partie du tout premier comité de parent qui avait choisi d'embaucher Monique Rousseau.

Quelqu'un d'autre va venir en première année, mais on ne va jamais remplacer Mme Rousseau.

Une citation de :Heather Durand, la directrice du pavillon élémentaire

Pendant 33 ans, Monique Rousseau a accompagné les enfants dans leur apprentissage de la lecture. Elle pourra maintenant lire à son rythme tous les témoignages qui lui sont dédiés dans un grand album en son hommage.

Elle quitte l'école avec le sentiment du devoir accompli, mais avec un pincement au cœur.

C'est magique la première année. Ils apprennent à lire. La lumière dans les yeux des enfants quand ils découvrent qu'ils lisent, oui compter [...] la science tout ça, mais la lecture!

Une citation de :Monique Rousseau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !