•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le conseiller Allard encourage les francophones de Winnipeg à utiliser les services en français

Une affiche qui fait la promotion du bilinguisme
La ville d'Ottawa s'est dotée d'une politique du bilinguisme il y a dix ans
Radio-Canada

Le conseiller municipal de Saint-Boniface veut que les francophones de la capitale manitobaine se prévalent de leurs droits linguistiques garantis par la Loi sur la Charte de Winnipeg.

Plus tôt cette semaine, la ville de Winnipeg a déposé son rapport annuel qui fait état des services en français. Le document révèle notamment que seulement 0,62 % des appels au service 311 étaient en français. En comparaison, selon Statistique Canada, 4,1 % des Winnipégois ont le français comme langue maternelle.

Le conseiller de Saint-Boniface Mathieu Allard croit qu'il est important pour les francophones d'exiger un service en français à tout temps.

« Comme on a vu dans le rapport, les demandes sont comptabilisées alors plus il y a de demandes, plus ça aide la livraison des services en français », explique-t-il.

Mais selon lui, la ville a aussi un rôle à jouer dans la promotion de ces services.

« Ça serait bien que la ville ait un plan d'action pour améliorer la livraison des services en français à la ville de Winnipeg », ajoute-t-il.

Faits saillants du rapport sur les services en français 2014 :

  • 10 % des représentants en service à la clientèle du 311 sont bilingues
  • Le 311 a reçu 9311 appels en français (1 510 348 appels en anglais)
  • 6985 opérations de caisse au Centre des services bilingues de Saint-Boniface
  • 25 employés se sont inscrits à des cours de français (en baisse de 17 % par rapport à 2013)
  • 854 résidents se sont inscrits à des cours de natation en français (hausse de 10 % par rapport à 2013)
  • Un site web bilingue a été lancé pour les élections municipales
  • Des communiqués de presse sur le budget ont été rédigés en français

Rapport erroné ?

Le rapport sur le respect des obligations de la ville en matière de services en français indique que « le Bureau du greffier a embauché du personnel bilingue pour [...] assurer la prestation des services bilingues dans tous les bureaux de scrutin du Distrcit de Riel ».

Cependant Radio-Canada a confirmé qu'au moins un résident francophone a porté plainte auprès de la ville de Winnipeg et du Secrétariat aux affaires francophones du Manitoba, après avoir essayé, en vain, d'obtenir un service en français au bureau de vote de l'École Christine-Lespérance lors des élections municipales le 24 octobre dernier.

La ville de Winnipeg confirme l'erreur dans le rapport et explique que des employés bilingues étaient sur place le jour de l'élection municipale, mais que le service en français n'a pas été possible en raison d'un manque de communication.

Dans son rapport sur les plaintes 2013-2014, le Secrétariat aux affaires francophones indique que deux plaintes ont été déposée auprès du service de renseignements municipaux 311.

Situation « stable »

La Société franco-manitobaine (SFM), qui a pris connaissance du contenu du rapport suite à la demande d'entrevue de Radio-Canada, qualifie l'offre des services décrite dans le rapport de « stable ».

« On ne peut pas être complètement satisfait évidemment. Il y a encore beaucoup de travail à faire, mais au moins on n'est pas dans une période où l'on recule et on peut bâtir sur ces statistiques-là », dit le président-directeur général de la Société franco-manitobaine, Daniel Boucher.

Il affirme que SFM a entamé des discussions avec la ville concernant des campagnes de sensibilisation, mais pour l'instant aucun plan concret n'existe.


Manitoba

Politique