•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des objets retrouvés dans une cabane appartiendraient aux deux évadés américains 

Les fugitifs Richard Matt et David Sweat

Les fugitifs Richard Matt et David Sweat

Photo : La Presse canadienne / AP

Radio-Canada

Des traces d'ADN qui appartiendraient aux deux meurtriers échappés d'une prison de l'État de New York le 6 juin ont été trouvées dans une cabane de chasse dans les environs de Mountain View, près du parc Adirondack.

Les autorités locales ont confirmé que des objets et des traces d'ADN ont été saisis dans une cabane située à quelque 50 kilomètres à l'ouest de la prison de Dannemora, d'où David Sweat et Richard Matt se sont évadés. La police n'a pas voulu confirmer qu'il s'agit de l'ADN des deux hommes en arguant que cela pourrait nuire à l'enquête, mais plusieurs médias rapportent que l'ADN appartient bien aux deux meurtriers en cavale. 

Le propriétaire de la cabane a prévenu les autorités après avoir réalisé que l'entrée en avait été forcée. À l'intérieur, il a découvert un pot de beurre d'arachide, de l'eau, des bottes, des chaussettes tachées de sang et des articles de toilette, indique le Plattsburgh Press Republican.

Ce développement a mis un terme aux efforts de centaines d'hommes qui avaient entrepris des recherches dans deux villes situées dans le comté d'Allegany, à 560 kilomètres de Mountain View, sur la base d'une autre information crédible, mais non confirmée.

David Sweat et Richard Matt se sont évadés le 6 juin (Nouvelle fenêtre) du pénitencier de Dannemora, à 35 km de la frontière canadienne, après avoir découpé à la scie les murs de leur cellule. Ils ont ensuite pu suivre des tunnels avant de sortir par une bouche d'égout à l'extérieur de la prison.

Près de 800 membres des forces de l'ordre les traquent depuis. Ils ont été placés vendredi dernier sur la liste des 15 fugitifs les plus recherchés aux États-Unis. La Gendarmerie royale du Canada collabore également à cette enquête.

Une employée de la prison, Joyce Mitchell, a déjà été accusée de les avoir aidés à s'échapper, et un gardien a aussi été interrogé et suspendu relativement à cette affaire.

Avec les informations de Associated Press, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International