•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

DSFM : un programme de métiers fait fureur auprès des jeunes

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Jacques Gagnon, soudeur désigné Sceau rouge, démontre aux élèves de la Division scolaire franco-manitobaine les bases de l’oxycoupage

Jacques Gagnon, soudeur désigné Sceau rouge, démontre aux élèves de la Division scolaire franco-manitobaine les bases de l’oxycoupage

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une initiative commune entre la Division scolaire franco-manitobaine (DSFM) et l'Institut des métiers et des technologies du Manitoba (MITT) permettant aux élèves du secondaire de découvrir de différentes voies professionnelles en français connaît une croissance fulgurante et ravit les jeunes Franco-Manitobains.

À l'automne 2013, les deux organismes ont lancé un projet pilote qui a vu l'initiation aux arts industriels de 32 élèves de neuvième année de l'École Saint-Joachim, à Labroquerie, et du Collège Louis-Riel, à Saint-Boniface. Pour l'année scolaire 2015-2016, le programme accueillera près de 190 jeunes de huit écoles différentes.

« On voulait donner l'occasion aux étudiants de goûter aux carrières dans les métiers et puis aussi d'apprendre des compétences qui leur seront utiles dans leur vie de tous les jours », affirme la responsable des programmes de métiers au MITT, Chantal Simard.

Les élèves passaient une demi-journée par semaine aux locaux du MITT pour mettre en pratique la théorie des différents arts industriels qu'ils apprennent en salle de classe. À la fin du semestre, ils obtenaient une unité vers leur diplôme d'études secondaires.

[C]'est gratifiant, mais aussi lucratif. C'est deux éducations pour le prix d'une.

Chantal Simard, responsable des programmes de métiers au MITT

Le programme a vite gagné en popularité chez les écoliers, ce qui n'a pas pour autant surpris l'enseignant du MITT Jacques Gagnon, qui est également soudeur désigné Sceau rouge.

Bien des adolescents sont contents de l'occasion de pouvoir apprendre les éléments d'une vocation qui les intéressent, surtout en français.

J'aimerais faire de la charpenterie quand je serai plus vieux, alors c'est vraiment un bon début. J'ai beaucoup appris ici à propos des outils et du vocabulaire français, et j'aime beaucoup ça.

Justin Normandeau, élève de 9e à l'École Saint-Joachim

D'autres jeunes ne prévoient pas d'éventuelles carrières en métiers. Pourtant, ils se rendent compte que les compétences de base qu'ils apprennent leur seront utiles dans la vie de tous les jours, et certains espèrent faire de leur formation un tremplin vers d'autres carrières.

« Je n'ai pas vraiment une carrière en métier que je veux suivre. Je préfère les arts [plastiques]. Mais je trouve que les métiers vont main dans la main avec les arts. Si j'apprends comment travailler avec le métal et le bois, je peux les utiliser pour créer une œuvre d'art », explique Jade Bachinski, élève de l'École Saint-Joachim.

À partir de septembre 2016, la DSFM offrira des programmes de certificat permettant ainsi aux jeunes francophones de passer l'un des semestres dans leur école secondaire et l'autre soit au MITT soit en stage en milieu professionnel.

Cette initiative concertée de la DSFM et du MITT s'inscrit dans le cadre d'une récente tendance d'enseignement professionnel francophone. Au début mai, le gouvernement du Manitoba a annoncé l'agrandissement des locaux du Collège Louis-Riel afin de mettre sur pied un programme de formation en français en restauration et en tourisme.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !