•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les CPE coûtent plus cher aux contribuables que les garderies privées subventionnées

Les CPE soutiennent qu'ils ne peuvent faire face à de nouvelles compressions.

Radio-Canada

Les coûts de fonctionnement des centres de la petite enfance (CPE) sont beaucoup plus élevés que ceux des garderies privées subventionnées, démontre une analyse. La rémunération des gestionnaires, l'organisation du travail et la masse salariale des employés expliqueraient en partie cet écart.

Un texte d'Olivier BachandTwitterCourriel

Selon une analyse effectuée par le comptable Pierre-Yves McSween, les CPE reçoivent un financement supérieur et dépensent en moyenne plus d'argent que les garderies privées pour offrir les mêmes services.

En vertu du plan budgétaire 2014-2015, Québec remet aux CPE une subvention annuelle de 13 988 $ par enfant, alors qu'elle est de 11 230 $ pour les garderies privées subventionnées, une différence de 2758 $.

Si les quelque 86 000 places en CPE étaient transférées au privé, le gouvernement épargnerait près de 240 millions de dollars par année.

« On a une subvention supérieure par enfant, on paie les installations, on a des avantages fiscaux en CPE et malgré tout, on ne réussit pas à accoter la performance financière d'une garderie privée subventionnée », dit le comptable Pierre-Yves McSween.

Dépenses plus importantes

Selon M. McSween, les CPE doivent gérer leurs finances avec plus de rigueur.

L'an dernier, plus du quart des 900 cadres du réseau des CPE ont reçu des salaires plus élevés que ce qui est recommandé par le ministère de la Famille.

Plusieurs indicateurs du ministère montrent aussi que les CPE dépensent davantage pour s'acquitter de leurs obligations que les garderies privées subventionnées.

Les frais de garde et d'éducation s'élèvent par exemple à 41,31 $ par jour par enfant dans les CPE, contre 26,73 $ dans les garderies privées subventionnées. Il s'agit d'un écart de 55 %.

La masse salariale des éducatrices est quant à elle de 57 % plus élevée dans les CPE que dans les garderies privées subventionnées.

« Le but n'est pas de transformer les CPE en garderies privées subventionnées. C'est de demander aux CPE d'avoir la même rigueur budgétaire que les entreprises privées qui fournissent exactement le même service », ajoute Pierre-Yves McSween.

Selon les calculs de Pierre-Yves McSween, un CPE comptant 80 enfants dépense annuellement 371 346 $ de plus qu'une garderie privée subventionnée fréquentée par le même nombre d'enfants.

Entrevue avec Pierre-Yves McSween

Pas les mêmes clientèles, dit le ministère de la Famille

À la demande de Radio-Canada, ce montant a été validé par le ministère de la Famille, qui tient toutefois à apporter des nuances.

Selon le ministère, « cet écart résulte en grande partie de la présence de clientèles différentes entre les deux types de services de garde, qui engendrent plus de dépenses pour les CPE. Bien que plus coûteuse, l'offre de services à des clientèles vulnérables, notamment, favorise l'égalité des chances des enfants, un objectif que s'est fixé la Loi sur les services de garde éducatifs à l'enfance. »

Le ministère de la Famille précise également que les CPE et les garderies de grande taille ne représentent pas l'ensemble des installations.

Les CPE défendent leur gestion

L'Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE) affirme que leurs installations sont bien gérées et que plusieurs facteurs peuvent expliquer les écarts de dépenses importants entre le réseau public et le réseau privé.

À l'instar du ministère de la Famille, le président de l'AQCPE, Louis Sénécal, souligne aussi que le réseau des CPE reçoit la grande majorité des enfants handicapés et provenant de milieux défavorisés.

Il précise également que 45 % du personnel est syndiqué dans le réseau des CPE, alors que le nombre d'employés syndiqués dans les garderies privées subventionnées est très faible, ce qui peut expliquer une masse salariale plus élevée dans le réseau public.

Par ailleurs, les salaires des gestionnaires des garderies privées subventionnées n'apparaissent pas nécessairement dans les dépenses des garderies privées, ce qui peut contribuer à accentuer l'écart entre les deux types d'installations.

Néanmoins, Louis Sénécal estime qu'il y a place à l'amélioration dans le réseau public. « On peut toujours faire mieux. On se remet en question tous les jours et il faut trouver des manières évidemment de maximiser l'investissement du public par le biais des impôts », indique-t-il.

Moins de bureaucratie au privé

L'Association des garderies privées du Québec convient que les deux réseaux et leurs structures sont très différents.

Son président, Samir Alahmad, estime toutefois que l'organisation du travail est plus flexible dans les garderies privées et que la bureaucratie y est moins importante. « Plusieurs CPE, dit-il, ont un directeur général, un directeur adjoint, un commis-comptable et une secrétaire. Chez nous, c'est une histoire de famille dans la majorité des cas. »

Si les chiffres démontrent qu'une place en CPE coûte plus cher qu'en garderie privée subventionnée, il est cependant difficile d'évaluer si la qualité des services est équivalente dans les deux réseaux.

Société