•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CUSM est officiellement ouvert, mais les irritants restent nombreux

Le reportage de Michel Marsolais

Le déménagement au nouveau site du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) est officiellement terminé, mais les irritants semblent encore nombreux dans le mégahôpital et certains pourraient durer longtemps. Il faudra d'ailleurs un certain temps pour que le personnel s'habitue aux nouvelles installations.

Un texte de Michel MarsolaisTwitterCourriel

Le ruban a été coupé samedi et les festivités se poursuivent tout le week-end pour célébrer l'ouverture officielle du nouveau CUSM.

Le déménagement du Royal Victoria, de l'Institut thoracique, de l'Hôpital de Montréal pour enfants et d'une partie de l'Hôpital général sur le site Glen est maintenant chose faite. Un tour de force, pense la direction de l'hôpital universitaire alors que ses activités reviennent graduellement à la normale.

« Nos salles d'opération roulent à 80 % de capacité, ce qui était le plan. Donc, ça fonctionne normalement. Au niveau des chambres, elles sont ouvertes à 90 % du côté adulte et à 75 % du côté enfant », affirme Richard Fahey, directeur des affaires publiques au CUSM.

Inauguration du CUSMPlusieurs politiciens ont participé à l'inauguration officielle du nouveau CUSM. Photo : Radio-Canada

Avec plus de 100 patients par jour, l'urgence du CUSM est déjà plus occupée que celle de l'ancien Royal Victoria.

Mais les problèmes restent nombreux. Plusieurs syndicats estiment notamment que le nouvel hôpital manque de personnel.

« Le gouvernement ne veut pas débloquer les fonds nécessaires pour augmenter le personnel soignant. Il faut comprendre que présentement, ce sont des chambres individuelles. Les budgets ont été faits en fonction de chambres à deux, à trois, à quatre », soutient Sophie Guilbault, du Syndicat des professionnelles en soins infirmiers et cardio-respiratoires du CUSM.

Environ 150 postes affichés dans ce département n'auraient jamais été pourvus. Le président du syndicat des employés du CUSM (SECUSM), Paul Thomas, pense aussi que le mégahôpital manque de personnel.

« Encore, on nous annonce 150 millions de coupes pour la région de Montréal et l'hôpital du CUSM va être affecté par ça », dit-il.

Richard Fahey conteste ces affirmations. Il soutient que la quantité de personnel a été établie en tenant compte d'un établissement avec chambres simples. Le CUSM compte près de 8000 employés, dont 2000 infirmières pour 500 chambres.

Nombreux irritants

Si une période de rodage était inévitable, les problèmes techniques - comme les fuites d'eau dans les murs, la signalisation et les cartes magnétiques défectueuses des employés - restent encore nombreux.

« Souvent, les cartes d'accès ne fonctionnent pas, ce qui fait que les gens doivent se débattre pour rentrer à leur travail. On a encore des problèmes au niveau de la télécommunication, les téléphones, les cellulaires, fax, Internet, etc. De se rejoindre dans les différents départements, ça devient compliqué », rapporte Francine Carrier, présidente locale de l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) du CUSM.

Pas moyen de brancher une bouilloire sans faire sauter les fusibles en raison d'un problème d'intensité. « En radiologie, si on branche un appareil, souvent les fusibles vont sauter. Si on branche plus qu'un appareil par prise de courant ça saute. Il n'y a pas assez de prises de courant », explique Francine Carrier.

Plusieurs syndiqués estiment que ces réparations prendront plus de temps parce que l'hôpital est un partenariat public-privé. SNC-Lavalin gère le bâtiment et impose de nombreuses restrictions.

« L'administration perd le contrôle, perd son autonomie, étant donné qu'on est dans une formule PPP. Je crois que ce seront des problèmes qui vont durer 30 ans », de dire Paul Thomas.

Pour faciliter l'accès des patients et des visiteurs au nouveau site, on a creusé un tunnel piétonnier entre l'hôpital et le métro Vendôme.

Mais avis à ceux qui viennent en voiture. Le tarif du stationnement est le plus élevé de tous les hôpitaux du Québec.

Le CUSM espère avoir retrouvé sa vitesse de croisière à l'automne.

Grand Montréal

Société