•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des compressions de 74 M$ qui feront mal dans les garderies

Garderie

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les nouvelles compressions de 74 millions de dollars imposées aux garderies subventionnées par le gouvernement Couillard auront des répercussions sur le personnel administratif et l'entretien des bâtiments, selon certains intervenants sur réseau.

Selon les informations de Radio-Canada, le ministère de la Famille imposera aux CPE et aux bureaux coordonnateurs une réduction globale de 2,95 % de leur budget de fonctionnement et récupérera une partie des surplus accumulés dans les coffres du réseau. Pour les garderies privées subventionnées, les compressions sont de l'ordre de 3,9 %.

Pour le CPE Turluson, situé dans le secteur de Beauport, ces compressions représentent de 28 000 $ à 30 000 $ en moins par année.

Pour y arriver, la directrice générale devra couper les heures de travail de la secrétaire-comptable. L'employée qui travaillait quatre jours semaine passera à deux jours.

« Je ne pense pas qu'une organisation comme la nôtre, à 80 places, 25 employés, puisse continuer avec une personne et demie dans les bureaux. Un moment donné, ça prend du monde pour travailler », s'inquiète la directrice générale Sylvie Nadeau.

Elle envisage maintenant la fusion avec un autre CPE afin de réduire davantage ses coûts administratifs, afin de ne pas toucher à la qualité des services. Il est aussi impossible de couper par exemple dans les salaires des éducatrices ou dans la nourriture.

Le Conseil québécois des services de garde éducatifs à l'enfance croit que ce sont les infrastructures qui vont écoper. Les projets de rénovation ou d'améliorations locatives seront reportés, soutient la directrice générale Francine Lessard.

« Les gestionnaires, c'est ce qu'ils me disent. On n'aura pas le choix, il va falloir aller couper : on devait faire la couverture cette année, on ne la fera pas. Alors on va se ramasser un jour avec un parc immobilier qui va être comparable à celui de l'éducation et de la santé. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !