•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement albertain dévoile les détails sur la hausse des impôts

Le ministre des Finances de l'Alberta Joe Ceci.

Le ministre des Finances de l'Alberta Joe Ceci.

Photo : La Presse canadienne / AMBER BRACKEN

Radio-Canada

Le nouveau gouvernement néo-démocrate de l'Alberta a déposé un nouveau projet de loi visant à mettre fin au taux d'imposition unique dans la province et à augmenter l'impôt sur les grandes entreprises.

Le taux d'imposition sur les revenus se déclinera en cinq paliers différents de 10 % à 15 % et sera mis en place dès le 1er octobre 2015.

Un texte de Tiphanie RoquetteTwitterCourriel

Le précédent gouvernement conservateur de Jim Prentice a aussi suggéré un impôt progressif plus graduel, dans son budget déposé fin mars, mais la proposition n'a jamais été soumise à un vote. Le taux d'imposition devait être introduit sur trois ans avec des paliers de 10 % à 12 %.

Comme promis pendant la campagne électorale, les changements introduits dans le projet de loi 2 se déclinent de cette façon :

  • Les contribuables ayant un revenu de 125 000 $ maximum continueront de payer un taux de 10 %
  • Pour les revenus de 125 000 $ à 150000 $, le taux sera de 12 %
  • Pour les revenus de 150 000 $ à 200 000 $, le taux sera de 13 %
  • Pour les revenus de 200 000 $ à 300 000 $, le taux sera de 14 %
  • Pour les revenus supérieurs à 300 000 $, le taux sera de 15 %

Du côté des grandes entreprises, leur taux d'imposition augmentera de 10 % à 12 % à partir du 1er juillet. Les petites entreprises seront épargnées et conserveront leur taux d'imposition de 3 %, comme annoncé précédemment.

L'Alberta, toujours concurrentielle?

Le ministre des Finances, Joe Ceci, a expliqué que ces augmentations d'impôt créeront une stabilité de revenus pour la province indépendamment des cycles des prix du pétrole et du gaz.

« Même en incluant ses impôts personnels et sur les sociétés, l'Alberta demeurera un endroit concurrentiel pour l'investissement avec l'absence de la taxe provinciale de vente, de la prime sur la santé, de la cotisation sociale et avec la plus basse taxe sur l'essence au Canada », a affirmé M.Ceci.

Le ministre a aussi confirmé que son gouvernement n'ira pas de l'avant avec certaines augmentations de frais instituées par le gouvernement conservateur, notamment pour les immatriculations de voiture, les hypothèques, les recherches foncières et tous les certificats de mariage, de naissance et de décès. Ce retour en arrière créera une perte de revenus de près de 600 millions de dollars, a-t-il dit, pour le gouvernement.

Il a ajouté que les augmentations d'impôt devraient générer plus d'un milliard de dollars supplémentaires en revenu pour l'année financière 2016-2017. Cet influx d'argent devrait permettre de payer en partie les dépenses additionnelles annoncées jeudi.

Le porte-parole en matière de finances du parti Wildrose Derek Fildebrandt.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le porte-parole en matière de finances du parti Wildrose Derek Fildebrandt.

Photo : ICI Radio-Canada

Confusion sur les chiffres

Malgré ces nouveaux détails, l'opposition officielle a affirmé être insatisfaite. Le porte-parole en matière de finances du Wildrose, Derek Fildebrandt, a critiqué la confusion entourant les calculs du gouvernement. Les membres du cabinet ont dû corriger à deux reprises les chiffres reliés aux dépenses qui ont été dévoilés jeudi. M. Fildebrandt a exigé plus de clarté dans les prévisions des dépenses et des revenus.

Le chef intérimaire du Parti progressiste-conservateur de l'Alberta, Ric McIver, a également demandé des réponses supplémentaires sur la façon dont ces dépenses et ces nouveaux revenus affecteront le déficit et la dette de la province. Le gouvernement néo-démocrate a indiqué que son budget final sera déposé en octobre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Politique provinciale