•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux jeunes hommes crient des obscénités à une journaliste de CBC

Les deux jeunes hommes et la femme qui a essayé de leur faire la leçon.

Les deux jeunes hommes et la femme qui a essayé de leur faire la leçon.

Photo : Radio-Canada/Ashley Burke

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Deux jeunes hommes n'ont pas pu résister à l'envie de hurler « F*** her right in the P*** » à une journaliste de CBC Ottawa, aujourd'hui, à Montebello.

Ashley Burke effectuait une entrevue, dans le cadre du Rockfest, quand quelqu'un a couru derrière elle, et la femme à qui elle parlait, en criant les désormais célèbres insultes connues sous l'acronyme FHRITP.

Ce jeune homme a finalement présenté ses excuses aux deux femmes, après que l'intervenante, qui se faisait interroger, l'eut abordé.

En anglais, elle lui a alors dit que ce qu'il venait de faire était « stupide ». Elle lui a rappelé que la journaliste ne faisait que son travail. « Je pense que tu n'es pas un bébé et que tu comprends très bien ce que je t'explique », a-t-elle ensuite ajouté.

C'est alors qu'un autre jeune homme est arrivé, lui aussi en courant, pour hurler à son tour les mêmes obscénités. Les deux individus s'en sont ensuite allés comme ils étaient venus, laissant leurs deux « victimes » sans voix.

Un phénomène controversé

Le phénomène viral FHRITP est né d'un sketch américain qui a ensuite été repris à travers le monde, surtout par des hommes.

Il a cru en importance au point d'attirer l'attention de la police et des autorités judiciaires après que des incidents se furent produits à Montréal, Toronto et Calgary.

Shawn Simoes, un ancien ingénieur de Hydro One, a même perdu son emploi pour avoir hurlé « F*** her right in the P*** » à Shauna Hunt, cette journaliste de CityNews qui couvrait un match du Toronto FC, le mois dernier.

Les services de police ont déjà fait savoir que des agissements de la sorte pouvaient valoir à leurs auteurs des accusations criminelles.

La police locale a été mise au courant de l'incident survenu à Montebello.

D'après des informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !