•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Exclusif

Légionellose : une demande de recours collectif déposée

La Santé publique recommandait en 1997 à la Régie du bâtiment une réglementation des tours de refroidissement.

La Santé publique recommandait en 1997 à la Régie du bâtiment une réglementation des tours de refroidissement.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Près de trois ans après la crise de la légionellose (Nouvelle fenêtre) à Québec, l'avocat des familles des victimes a déposé une requête pour autorisation d'exercer un recours collectif contre ceux qu'il juge responsables de l'éclosion. L'épidémie est responsable de 14 décès et plus 180 personnes avaient été affectées.

D'après les informations de Guylaine BussièreTwitterCourriel

La demande de recours collectif vise le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Capitale-Nationale, le docteur François Desbiens, de la Direction régionale de la santé publique, la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) ainsi que le procureur général du Québec, selon le document d'une quarantaine de pages déposé par l'avocat Jean-Pierre Ménard.

La requête fait plusieurs reproches aux intimés. L'avocat souligne notamment l'absence de suivi après l'éclosion de 1996, la mauvaise gestion de la crise par la Santé publique et son directeur, le Dr François Desbiens, le manque d'information transmise à la population pendant l'éclosion et le mauvais entretien de certaines tours de refroidissement.

Le recours pourrait atteindre des dizaines de millions de dollars.

Extrait du document :

« L'absence de suivi des recommandations émises en 1997 afin de prévenir l'apparition et le développement de nouvelles éclosions de légionellose, la mauvaise gestion de l'éclosion de légionellose survenue à Québec en 2012, le mauvais entretien des tours de refroidissement du Complexe Place Jacques-Cartier, ainsi que l'ensemble des fautes des intimés [...], sont la cause directe et probable de la contamination des membres du groupe par la légionellose et des préjudices physiques et moraux subis par ceux-ci suite à cette contamination, ainsi que du décès de quatorze d'entre eux. »

La CSQ est visée par la requête parce qu'elle était propriétaire de l'édifice de la rue Saint-Joseph, dans le quartier Saint-Roch, où se trouvait les tours de refroidissement à l'origine de l'éclosion. La centrale syndicale avait d'ailleurs contesté le rapport du coroner Rudel-Tessier, qui l'écorchait.

Le procureur général du Québec se retrouve dans la requête à titre de représentant légal du ministre de la Santé et du directeur national de santé publique.

Demandes d'indemnités :

  • 140 000 $ pour les conjoints des personnes décédées
  • 30 000 $ à tous les héritiers des victimes décédées
  • 50 000 $ ou moins pour les personnes malades
  • 10 000 $ pour les aidants naturels des malades

Les familles soulagées

Pour Nadia Champagne, qui a perdu son père, la nouvelle est un soulagement.

« C'est comme me redonner espoir. Oui mon père il est mort de ça, mais ça va se régler. C'est la meilleure chose qui m'arrive aujourd'hui. Je vais pouvoir faire vraiment mon deuil », explique-t-elle la gorge nouée par l'émotion.

Brigitte Arbour elle a vu sa mère mourir dans ses bras en 2012. L'éventuel recours collectif n'apaise pas sa peine. « Moi je ne m'attendais à rien. J'étais déjà assez déçue. S'il y en a un tant mieux, s'il y en a pas, tant pis. Que ça ne donne rien ou que ça donne de quoi, ça ne la remplacera pas. Ils sont partis avec la moitié de ma vie. »

L'avocat Jean-Pierre Ménard présentera à la presse sa requête jeudi matin. Il sera accompagné de Solange Allen, la conjointe d'une des victimes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !