•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Propos de Tom Lawson dénoncés à Valcartier 

Le général et chef d'état-major des Forces canadiennes, Tom Lawson

Le général et chef d'état-major des Forces canadiennes, Tom Lawson

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les commentaires du général Tom Lawson sur les cas d'inconduites sexuelles dans l'armée soulèvent de vives critiques chez des militaires de la base de Valcartier.

Dans une entrevue donnée à CBC (Nouvelle fenêtre), le général a affirmé que les cas d'inconduites sexuelles étaient liés au fait que les humains « sont biologiquement programmés » pour avoir de tels comportements.

L'adjudant Ghislain TherrienAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

l'adjudant Ghislain Therrien

Photo : Radio-Canada

En plus des nombreuses critiques de politiciens partout au Canada, des militaires de Valcartier ont choisi de dénoncer les propos du général Lawson.
Pour l'adjudant Ghislain Therrien, c'est une généralisation abusive qui n'aurait jamais dû être faite. « C'est choquant, c'est sûr. Chaque personne est ce qu'elle est. Ce n'est pas tous les hommes qui ont ces pulsions-là. »



La sergente Tricia BeauchampsAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La sergente Tricia Beauchamps

Photo : Radio-Canada

La sergente Tricia Beauchamps déplore que tous les militaires payent le prix de tels commentaires. « C'est une décision personnelle pour eux autres. Tu ne peux pas mettre ça sur une affaire biologique ou whatever. C'est dans votre tête, pis si vous décidez de le faire, tu payes le prix », défend-elle.




Le sergent André LemireAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le sergent André Lemire

Photo : Radio-Canada

Le militaire André Lemire rappelle pour sa part que les cas d'agressions sexuelles ne sont pas plus nombreux dans l'armée que dans la société civile. « Ça n'a aucun sens ! C'est un commentaire gratuit. Est-ce qu'il y a des études là-dessus ? Je ne penserais pas. Y'a pas plus de prédateurs dans l'armée qu'il peut y en avoir dans le civil. Ça n'a aucun rapport », soutient le sergent visiblement choqué par les propos.



De mauvais souvenirs 

Cette controverse rappelle des souvenirs à Valcartier. De nombreux militaires ont toujours en tête l'histoire de Stéphanie Raymond. La caporale-chef à la retraite allègue qu'elle a été agressée sexuellement par son supérieur en 2011. Après avoir été déboutée en cour martiale, le dossier sera devant la Cour d'appel en 2016.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !