•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Odysséo : un spectacle... et une galerie d'art

Le reportage de Francis Labbé
Radio-Canada

Depuis deux ans, Cavalia présente des toiles d'artistes québécois sous ses chapiteaux un peu partout dans le monde. Devant le succès de l'opération, la troupe a décidé d'aménager une galerie d'art comprenant 25 toiles dans le chapiteau sous lequel est présenté son spectacle Odysséo, à Montréal.

Un texte de Francis LabbéTwitterCourriel

« Il y a deux ans, Normand Latourelle, le directeur artistique et propriétaire du spectacle, a eu un coup de coeur dans le Vieux-Montréal pour une toile de Robert Johnson », raconte Jo-Anne Martin, directrice du développement de la marque chez Cavalia.

« Il l'a achetée, il est venu me voir et m'a dit : "Ça serait vraiment génial de faire une galerie d'art sous le chapiteau." Ça a commencé tranquillement. Au début, c'était 5 toiles, 10 toiles, 15 toiles et aujourd'hui, à Montréal, on a 28 toiles », poursuit Jo-Anne Martin.

Le spectacle Odysseo, de Cavalia, présente des toiles d'artistes québécois sous le chapiteau.Le spectacle Odysseo, de Cavalia, présente des toiles d'artistes québécois sous le chapiteau. Photo : Francis Labbé

Ça rehausse nos lieux, c’est encore plus beau et en plus, ça donne une fenêtre pour les artistes québécois. C’est génial.

Jo-Anne Martin, Cavalia

Les artistes québécois populaires en Asie

Jo-Anne Martin, directrice, développement de la marque, Cavalia OdysséoJo-Anne Martin, directrice, développement de la marque, Cavalia Odysséo Photo : Francis Labbé

L'expérience à Hong¸Kong et à Shanghai a été particulièrement significative. « Il y avait des artistes locaux, c'était plus ou moins intéressant pour eux, tout le monde était intéressé par les artistes québécois. Donc, ce ne sont que des artistes québécois qu'on expose », poursuit Mme Martin.

En tout, l'organisation affirme avoir vendu plus de 115 toiles. Lors de présentations du spectacle Cavalia, des toiles d'artistes québécois ont été vendues en Australie, à Singapour, à Taipei, à Séoul et à Hong Kong. Le nouveau spectacle Odysséo a quant à lui permis des ventes à Toronto, Dallas, Denver, Edmonton, Calgary, Boston, Washington, Seattle... et une première, mardi dernier, à Montréal.

Des artistes comblés

Brigitte Lafleur, comédienne et artiste peintre, qui présente cinq toiles sous le chapiteau d'Odysséo.Brigitte Lafleur, comédienne et artiste peintre, qui présente cinq toiles sous le chapiteau d'Odysséo. Photo : Francis Labbé

La comédienne Brigitte Lafleur, qui est aussi artiste peintre, expose ses oeuvres pour la première fois avec Odysséo.

« C'est plus gros que nature, explique-t-elle. Surtout que ce que je fais principalement, ce sont des chevaux, et que ce sont [les gens de Cavalia] qui m'ont approchée pour ça. C'est un cadeau du ciel. Mes toiles vont voyager dans le monde entier. »

En tout, 12 artistes produisent des oeuvres pour l'entreprise. Brigitte Lafleur en a créé cinq, tout comme Sébastien Larochelle, un artiste peintre qui vit à L'Assomption et qui, lui, a vendu des toiles en Asie grâce à Cavalia.

Sébastien Larochelle, artiste peintre, de L'AssomptionSébastien Larochelle, artiste peintre, de L'Assomption Photo : Francis Labbé

« La première année, on m'a dit : "On veut t'avoir, mais tu as un mois et demi pour réaliser une quinzaine d'oeuvres", raconte Sébastien Larochelle. Ça a été "pas de vacances pendant l'été", on travaille sept jours semaine. On ne peut pas refuser une offre comme ça. »

Quand une machine comme celle de Cavalia se tourne vers toi, tu ne peux pas refuser. Tu trouves l'énergie, tu coupes les heures de vie sociale, tu travailles et tu peins!

Sébastien Larochelle

Léa Rivière, de Montréal, est une autre artiste très sollicitée par Cavalia. « On en demande autant que je peux en faire », dit-elle.

« On est extrêmement libres, c'est ça qui est fantastique. C'est qu'on n'a pas de carcan, on fait ce qu'on a envie de faire. On nous demande de venir voir le spectacle, de nous en inspirer, mais de rester nous-mêmes », poursuit Léa Rivière.

Galerie virtuelle

Cavalia caresse d'autres projets. L'entreprise veut se doter d'un livre en hommage à ses chevaux, avec photos et tableaux d'artistes peintres. « On a contacté Raôul Duguay pour les textes », précise Jo-Anne Martin, de Cavalia.

L'entreprise aimerait aussi mettre sur pied une galerie d'art virtuelle afin que ses clients puissent acheter les oeuvres des artistes québécois avec qui elle fait affaire. « Cela permettrait aux acheteurs d'acquérir leur coup de coeur même si nous avons quitté la ville », ajoute Jo-Anne Martin.

Arts