•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’impôt sur le revenu est la pire des taxes, selon le ministre Leitao

Le ministre Carlos Leitao à l'Assemblée nationale

Le ministre Carlos Leitao à l'Assemblée nationale

Photo : La Presse canadienne / Mathieu Belanger

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Carlos Leitao est catégorique : « la pire taxe qu'il peut y avoir, c'est l'impôt sur le revenu, et celles qui causent le moins de distorsions, ce sont les taxes à la consommation ».

Un texte de Gérald FillionTwitterCourriel

C'est ce qu'a déclaré le ministre des Finances à RDI économie mardi soir, quelques heures après la conclusion d'une rencontre de deux jours qui s'est tenue à Montréal avec différents acteurs des milieux syndical, patronal et social sur les recommandations du rapport Godbout.

L'impôt sur le revenu décourage le travail et l'épargne, selon Carlos Leitao.

Le ministre affirme que son gouvernement a pour objectif de baisser de façon importante les impôts des contribuables québécois.

En retour, toutefois, l'État doit trouver des revenus pour compenser cette perte fiscale : hausse de la taxe de vente, taxe sur la surconsommation d'électricité, hausse du tarif sur l'électricité patrimoniale, tout est sur la table, affirme le ministre.

« On va augmenter le nombre de paliers [d'imposition des] revenus, ce qui aura pour effet de baisser les impôts pour une grande partie de la population, ceux qui gagnent 150 000 $ et moins, a-t-il souligné. Au total, c'est 4,4 milliards de dollars de baisse d'impôt sur le revenu si la réforme va de l'avant. »

Une commission parlementaire doit s'amorcer à Québec le 2 ou le 3 septembre sur les propositions du fiscaliste Luc Godbout. Le ministre affirme qu'il faut une bonne « acceptabilité sociale » pour procéder aux changements fiscaux majeurs qui sont envisagés.

L'enjeu de la hausse de l'âge d'admissibilité à la pleine rente de la RRQ, discutée en fin de semaine dernière au congrès du PLQ, ne fait pas partie des travaux de la commission, affirme le ministre.

Cette question ne serait donc pas intégrée à une réforme de la fiscalité.

Par ailleurs, le ministre dit que la question de l'évasion fiscale a été abordée durant la rencontre tenue avec les différents partenaires.

« Une bonne partie de la solution se trouve dans des accords internationaux », affirme Carlos Leitao.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !