•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Immigration: la hache enterrée entre la FFCB et des organismes francophones?

Le drapeau des francophones de la Colombie-Britannique

Le drapeau des francophones de la Colombie-Britannique

Radio-Canada

La nouvelle présidente du conseil d'administration de la Fédération des francophones de la Colombie-Britannique (FFCB) veut se réconcilier avec les organismes francophones de la province.

La FFCB et plusieurs de ses associations membres se disputent depuis 2014 les responsabilités et un montant d'argent du gouvernement fédéral pour offrir des services aux immigrants en Colombie-Britannique.

La nouvelle présidente du conseil d’administration de la Fédération des francophones de la Colombie-Britannique (FFCB), Padminee ChundunsingAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La nouvelle présidente du conseil d’administration de la Fédération des francophones de la Colombie-Britannique (FFCB), Padminee Chundunsing.

Photo : Noémie Moukanda/ICI Radio-Canada

La Boussole, la Société francophone de Maillardville et le Centre d'intégration pour immigrants africains, entre autres, ont accusé l'année dernière la Fédération d'outrepasser sa mission en comptant offrir des services directs en établissement, plutôt que de remplir son rôle de porte-parole de la communauté francophone.

Au mois d'août dernier, la FFCB a officiellement lancé ses bureaux de services d'aide aux immigrants.

Padminee Chundunsing, élue dimanche au sein de la FFCB, affirme que la hache de guerre est maintenant enterrée.

« Mon action, pas immédiate, mais maintenant, c'est de travailler sur un plan d'action de communication avec la communauté », soutient-elle. 

Le directeur général de La Boussole, Tanniar LebaAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le directeur général de La Boussole, Tanniar Leba.

Photo : ICI Radio-Canada

Le directeur général du centre d'aide aux démunis La Boussole, à Vancouver, Tanniar Leba, accueille favorablement l'arrivée de Mme Chundunsing, mais demande plus de communication à l'avenir.

« Je crois qu'il y a de nouveaux acteurs en place et qu'il faut travailler pour l'avenir », soutient-il.

Il y a un temps pour une crise et il faut savoir mettre une fin à une crise.

Tanniar Leba, directeur général de La Boussole

M. Leba souligne que la FFCB doit maintenir son rôle de porte-parole pour servir les intérêts des membres de la communauté francophone.

L'heure est à une meilleure communication à la FFCB

Colombie-Britannique et Yukon

Francophonie