•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jean Doré, un maire qui a marqué l'histoire de sa ville

Entrevue avec le maire Denis Coderre

L'ancien maire de Montréal Jean Doré s'est éteint lundi à 70 ans, après avoir combattu un cancer. Ils ont été nombreux à saluer le courage et le sens de l'innovation en politique de celui qui a été maire de 1986 à 1994.

L'actuel maire de Montréal, Denis Coderre, lui a rendu hommage. « On a connu les grandes années de Jean Drapeau. Il a été plus qu'une transition. Il a emmené Montréal dans un autre créneau. Il a fait beaucoup de grandes réalisations au niveau du patrimoine, que ce soit le Vieux-Port, le Vieux Montréal. C'est lui, Pointe-à-Callière! C'est quelqu'un qui avait une grande vision d'urbanisme. Et il a rouvert l'hôtel de ville au citoyen. »

On dit de Jean Doré qu'il a fait entrer la démocratie à l'hôtel de ville de Montréal, parce que c'est lui qui a créé la période des questions des citoyens lors des séances du conseil municipal en 1986. Il voulait ainsi se démarquer de son prédécesseur, Jean Drapeau.

Il a aussi permis la mise en place de la première piste cyclable à Montréal.

Un grand Montréalais nous a quittés. Jean Doré a eu impact majeur pour la démocratie municipale. Nous aurons l'occasion de commémorer sa mémoire.

Denis Coderre

Le maire Coderre a annoncé que la dépouille de Jean Doré sera exposée en chapelle ardente à l'hôtel de ville samedi et dimanche.

Jean DoréJean Doré Photo : Radio-Canada

Les deux hommes se sont rencontrés dans le mouvement étudiant. Jean Doré était alors président de l'Association générale des étudiants de l'Université de Montréal et Gilles Duceppe occupait la vice-présidence de l'Union générale des étudiants du Québec.

« Je me souviens de notre première rencontre comme si c'était hier. C'était quelqu'un de très impressionnant », se rappelle-t-il.

Selon M. Duceppe, Jean Doré envisageait la mort de façon très sereine. Il était inconscient lorsqu'il lui a rendu visite à l'hôpital samedi.

Au cours de leur dernière discussion, le 7 juin, Jean Doré revenait d'un voyage de pêche avec sa fille, près de la réserve de Manawan. Il voulait accomplir ce rêve avant la fin de sa vie.

Gilles Duceppe a notamment été son organisateur lorsqu'il a brigué la mairie de Montréal en 1986 avec son parti, le Rassemblement des citoyens de Montréal (RCM).

Il garde l'image d'un maire avec de grandes qualités.

C'était quelqu'un avec une vision extraordinaire de ce que peut et doit être Montréal, quelqu'un d'ouvert à tous les Montréalais de quelque origine qu'ils soient, quelqu'un qui a mis en place des structures démocratiques pour Montréal, quelqu'un qui connaissait ses dossiers sur le bout de ses ongles.

Gilles Duceppe
null Photo : Radio-Canada

« La révolution tranquille de Montréal »

Un autre ami et ancien chef de cabinet adjoint aux communications de Jean Doré, Benoit Gignac, se souvient d'un communicateur rigoureux qui « écoutait autant qu'il parlait ».

« Je me souviendrai toujours de ses sourires », ajoute-t-il en entrevue à Radio-Canada, avant de rappeler le legs politique de l'ancien maire.

« Quand il est arrivé à l'hôtel de ville, les ordinateurs n'existaient à peu près pas, a dit M. Gignac. De lui, on va d'abord retenir un héritage de modernisation, de démocratisation, ensuite de planification. Il laissera aussi le souvenir d'un homme intègre et d'une administration absolument intègre. »

« Jean Doré et le RCM, cela a été la révolution tranquille de Montréal », affirme pour sa part André Lavallée, ancien membre du comité exécutif sous Jean Doré.

André Lavallée, comme Léa Cousineau, estime que Jean Doré a « rendu Montréal aux Montréalais ». Il a aussi grandement contribué à l'égalité homme-femme au sein de l'administration publique, comme en témoigne Léa Cousineau, première femme présidente du comité exécutif.

« Personne n'avait occupé cette fonction-là avant que Jean me la propose. Fallait une certaine audace à l'époque », dit-elle, en expliquant que d'autres personnes au sein du parti s'attendaient à avoir le poste mais que « Jean a décidé d'aller contre les courants dominants. La même chose lorsqu'il m'a demandé de m'occuper de la sécurité publique. On n'avait jamais vu une femme siéger à la commission de la sécurité publique. »

Un autre compagnon d'armes au RCM, Robert Perreault, a par ailleurs souligné à quel point Jean Doré était un grand démocrate.

C'est quelqu'un qui croyait en Montréal, qui croyait en la démocratie. [...] Il a institué le premier plan d'urbanisme pour Montréal.

Robert Perreault

Directeur de la Maison du développement durable, il a pris soin d'ajouter que Jean Doré était aussi un grand défenseur des transports en commun et qu'il a décentralisé l'administration en créant les bureaux Accès Montréal.

La nouvelle du décès de Jean Doré a suscité de nombreuses réactions dans la classe politique fédérale et provinciale. Ainsi, le premier ministre du Québec Philippe Couillard a offert ses condoléances à la famille et aux proches de l'ancien maire de Montréal.

« Jean Doré a contribué à changer durablement la vie démocratique municipale à Montréal. [...] Le Québec perd un démocrate exceptionnel et un grand bâtisseur », a souligné le premier ministre.

Le chef du Parti québécois Pierre Karl Péladeau, le chef de la CAQ François Legault et le chef du NPD Thomas Mulcair ont aussi offert leurs condoléances à la famille et aux proches de Jean Doré.

À Montréal, le chef de l'opposition officielle Luc Ferrandez a souligné le caractère avant-gardiste de l'homme. « Dans tous les domaines, il était au front. Il arrivait avec des idées qu'on n'avait jamais vues avant, comme le plan d'urbanisme, comme la piste cyclable, comme les maisons de la culture. [...] Combien de personnes peuvent dire, 20 ans après son action politique, que les bases de ce qu'il a fait sont restées? », dit Luc Ferrandez.

Lutter contre le cancer : son geste ultime

Jean Doré laisse dans le deuil son épouse, Christiane Sauvé, ses filles Amélie et Magalie, leurs conjoints et deux petits enfants.

Les citoyens et amis qui désirent honorer sa mémoire peuvent contribuer au Fonds Jean Doré de la Société de recherche sur le cancer au www.fondsjeandore.ca.

Ce fonds, créé en collaboration avec M. Doré, servira à soutenir des équipes de chercheurs dédiés à la recherche sur le cancer du pancréas afin de mieux prévenir, détecter et ultimement guérir cette maladie dévastatrice, dont le taux de survie dépasse à peine 8 %.

Grand Montréal

Société