•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'âge de la retraite sera repoussé, mais certains emplois ne seront pas touchés

Philippe Couillard au congrès libéral.

Philippe Couillard au congrès libéral.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La proposition pour reporter l'âge de la retraite au Québec de 65 à 67 ans a été adoptée par les libéraux réunis en congrès à Montréal, au Palais des congrès, dimanche. Des amendements feront toutefois en sorte que certains emplois ne seront pas touchés.

« On ne peut plus se payer ce genre de luxe là. Il faut être certain de garder les gens au travail le plus possible, mais il ne fait pas en faire une solution mur à mur. Les emplois ne sont pas les mêmes, les exigences physiques des emplois ne sont pas les mêmes », a déclaré en point de presse le premier ministre Philippe Couillard.

« Avoir 62 ans dans un métier ne veut pas dire la même chose qu'avoir 62 ans dans un autre métier. »

— Une citation de  Philippe Couillard

Plus tôt, en entrevue à Radio-Canada, le président du Conseil du Trésor Martin Coiteux avait affirmé que ce report de l'âge de la retraite était « inévitable ».

« Les gens ont une espérance de vie plus longue, ils sont beaucoup plus longtemps à la retraite par rapport aux années de travail qu'auparavant. On a une société qui est vieillissante. Ça a des conséquences sur les coûts des régimes. Et ça nous impose aussi, comme société, d'utiliser toutes nos forces vives. Le fait que les gens partent très tôt à la retraite, ça nous enlève de l'expertise, du savoir, et des gens qui sont très importants pour contribuer à l'économie, notamment dans le secteur public. », a-t-il soutenu.

« Si les gens partent à 55-56 ans et sont à la retraite jusqu'à 90 ans, vous comprendrez bien que ce n'est pas la même situation qu'à une époque où les gens partaient à 65 ans puis l'espérance de vie était dans les 70 ans. »

— Une citation de  Martin Coiteux, président du Conseil du Trésor

Toutes les sociétés du monde qui vivent le même défi démographique que le Québec adoptent ce genre de mesure, assure le ministre.

Des inquiétudes parmi les militants

Depuis le début du congrès libéral, samedi, plusieurs militants ont témoigné de leurs inquiétudes par rapport aux compressions présentées par le gouvernement au cours de la dernière session parlementaire, particulièrement dans le secteur de l'éducation. Des militants ont notamment évoqué la difficulté qu'ils ont à « vendre » ces idées dans leur circonscription.

Le ministre de l'Éducation François Blais a défendu la position du parti. « Tout le monde est conscient que l'effort budgétaire se fait beaucoup en santé, en éducation... Les mathématiques nous rejoignent, il faut passer par là », a déclaré le ministre, qui estime avoir l'appui des militants.

Quant au leader parlementaire Jean-Marc Fournier, il affirme : « Quand on fait le ménage, on le dit, c'est pas facile. M. Couillard ne s'en est jamais caché. Et il y a des gens qui disent : bon, il y a des difficultés qui sont rencontrées. Il n'y a personne qui le nie. La question, c'est : pourquoi on le fait? »

« C'est pour relancer le Québec. »

— Une citation de  Jean-Marc Fournier

Les Québécois devront par ailleurs s'attendre à ce que le gouvernement procède à l'avenir à une réforme majeure de la fiscalité. Le débat le plus houleux du congrès a tourné autour du rapport Godbout qui prône une révision majeure de la fiscalité. La salle était divisée quant à savoir s'il fallait ou non encourager le gouvernement à hausser la taxe de vente tout en baissant les impôts, comme le recommande la commission Godbout. Le vote a finalement été positif.

Les tarifs gouvernementaux pourraient quant à eux augmenter plus vite que prévu, puisque le PLQ suggère que les divers tarifs des services publics évoluent en fonction de leur coût réel.

Le parti voudrait aussi forcer le gouvernement, par voie législative, à se doter d'un « cran d'arrêt », soit un mécanisme de réduction de dépense égale à toute nouvelle dépense occasionnée par la création d'un nouveau service ou d'un nouveau programme.

De plus, Québec devrait davantage investir dans les soins à domicile apportés aux personnes âgées et dans le soutien aux aidants naturels, ont jugé les libéraux.

Concernant le sujet de l'immigration, le premier ministre Philippe Couillard a présenté son intention d'augmenter le nombre d'immigrants inscrits dans la catégorie économique.

Les militants ont par ailleurs modifié leur constitution de manière à élire leur prochain chef au suffrage universel.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !