•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La protestation contre les éoliennes prend de l'ampleur en Montérégie

Le reportage de Michel Marsolais
Radio-Canada

Agriculteurs, citoyens et élus ont manifesté samedi contre un projet éolien à Saint-Cyprien-de-Napierville, en Montérégie. Alors que le projet d'un promoteur autochtone est examiné par le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement, l'opposition continue de prendre de l'ampleur et rallie maintenant plusieurs maires de la région.

Un texte de Michel MarsolaisTwitterCourriel

Ça fait plus de cinq ans que des citoyens de la MRC des Jardins de Napierville se battent contre la venue d'un projet éolien à Saint-Cyprien. Ils ont beau dire non, le projet refuse de mourir. Sur des tracteurs et agitant des épouvantails, les opposants ont pris la route de Saint-Cyprien-de-Napierville jusqu'à Lacolle pour se faire entendre.

Lancé par la firme britannique TCI, le projet éolien de Saint-Cyprien - qui chevauche d'autres municipalités - est maintenant piloté par le promoteur mohawk Énergies Durables Kahnawake (EDK). L'affaire se complique pour les opposants parce qu'en vertu d'un décret adopté en 2008, les projets autochtones n'ont pas besoin de l'approbation des municipalités pour s'installer dans leur territoire, même en dehors de la réserve.

« Ce projet autochtone là a enlevé le droit aux élus en place de se prononcer sur le projet », dit Lise Trottier, mairesse, Saint-Jacques-le-Mineur.

Du côté des Mohawks, les accusations de racisme n'ont pas tardé.

« Il faut faire attention à nos paroles quand on s'attaque à promoteur, parce que le promoteur est autochtone. La population ici n'en a rien à faire que ce soit des promoteurs autochtones ou britanniques. On ne veut pas de projet éolien sur les terres agricoles. On n'en veut pas près des maisons. On n'en veut pas non plus dans ce surplus d'électricité qui va coûter à tout le Québec une fortune », raconte Joane McDermott, porte-parole du collectif Le Vent tourne.

Protéger le territoire agricole

Manifestation contre un projet d'éoliennes à Saint-Cyprien-de-Napierville Photo : Radio-Canada

La protection du territoire agricole est le principal argument mis de l'avant par le mouvement de protestation. « C'est vraiment une région d'agriculture, de villégiature et de nous imposer de tels projets industriels sur les terres agricoles, les meilleures terres agricoles de la région, c'est vraiment ce qui irrite le plus », ajoute Roland-Luc Béliveau, maire de Lacolle.

Si les éoliennes n'occupent qu'un diamètre restreint, elles nécessitent des routes d'accès pour véhicules lourds et des fondations de béton.

Huit municipalités de la région ont uni leur force pour combattre le projet éolien, qui n'est pas le premier de la région. Saint-Valentin et Saint-Jacques-le-Mineur ont refusé de tels projets, mais un parc de 44 éoliennes a été érigé à Saint-Rémi de l'autre côté de l'autoroute 15.

La municipalité de Saint-Cyprien-de-Napierville avait déjà rejeté ce projet il y a quelques années, mais le nouveau maire Normand Lefebvre y est favorable. Il compte d'ailleurs laisser le promoteur installer des éoliennes sur ses propres terres, une location qui lui rapporterait environ 25 000 $ par année.

« Il admet que c'est un conflit d'intérêts. déplore Lise Trottier. Ce qui me fatigue c'est de privilégier quelques individus, le privé, au détriment de tout un collectif. »

Les audiences du BAPE sur le projet reprendront le 16 au 19 juin.

L'entreprise mohawk EDK n'entend plus donner d'entrevues avant la fin du processus

Grand Montréal

Société