•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des municipalités luttent contre les insectes piqueurs

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Avec la chaleur qui s'installe, les moustiques et les mouches noires font leur apparition et des municipalités de la région, comme Saint-David-de-Falardeau, ont décidé de faire des traitements contre les insectes piqueurs.

Des travailleurs appliquent un produit dans l'eau pour tuer les larves des insectes piqueurs.

« Le produit se met toujours dans l'eau parce que la mouche noire et le maringouin se reproduisent dans l'eau, explique le technicien Steven Charest. C'est pour ça qu'aux barrages de castor, tout de suite en aval, c'est là où la larve va se développer. On va en mettre un petit peu sur le dessus et ça va aller jusqu'au bas de la rivière. »

La solution biologique n'est pas nocive pour les poissons ni les animaux de la forêt.

« Le produit, c'est une bactérie qui existe déjà dans la nature. Cette bactérie-là, elle produit un cristal. La larve de mouche noire va prendre ce cristal et va l'ingérer à l'intérieur. Ce cristal-là va créer des lésions dans l'estomac. C'est ça qui fait mourir les larves », ajoute M. Charest.

À Saint-David-de-Falardeau, les traitements coûtent 113 000 $ par année à la Ville. Les traitements débutent au printemps, mais il y en a aussi pendant l'été et l'automne.

« Il y en a encore des mouches, reconnait le maire de Saint-David-de-Falardeau, Serge Gauthier. Je vis en villégiature et le soir à 7 h, il y en a des mouches. Mais on est certain que si on ne faisait pas de traitement, il y en aurait beaucoup plus que ça. »

Saint-David-de-Falardeau utilise cette méthode depuis une quinzaine d'années. Les traitements sont efficaces à plus de 80 %.

La municipalité de Bégin utilise aussi le même produit contre les insectes piqueurs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Environnement