•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Immigrants illégaux au Canada : la situation est « gérable », dit Ottawa

Le ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, Chris Alexander, en entrevue à l'émission Sous la loupe, à RDI, à propos du nombre d'immigrants illégaux au Canada.

Le ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, Chris Alexander, en entrevue à l'émission Sous la loupe, à RDI, à propos du nombre d'immigrants illégaux au Canada.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Alors que le gouvernement fédéral a perdu la trace de 44 202 immigrants faisant l'objet d'un mandat de renvoi, le ministre fédéral de la Citoyenneté et de l'Immigration, Chris Alexander, affirme qu'il n'est pas question d'imiter Washington en régularisant d'un coup leur situation.

En 2014, le président américain Barack Obama a régularisé le cas de 5 millions de personnes vivant sans papiers en sol américain.

« On renvoie entre 10 000 et 15 000 personnes par année. Aux États-Unis, récemment, c'était 300 000 par année. Et même à ça, ils ont plus de 10 millions de personnes, et certaines estimations vont jusqu'à douze, quinze millions de gens illégaux, donc ils pensent à de nouvelles politiques », explique le ministre Alexander.

« Notre défi à cet égard reste gérable si on le compare à la situation en Europe ou aux États-Unis, où la population d'immigrants illégaux est très très grande », a-t-il poursuivi.

Le ministre Alexander ajoute que le Canada a déjà sa propre voie de régulariser les immigrants illégaux.

« Nous avons cette voie humanitaire, ce programme à motif humanitaire. Des milliers de gens sans statut l'utilisent à tous les ans s'ils peuvent nous démontrer qu'ils ont des liens durables avec le Canada et que c'est logique d'un point de vue humanitaire qu'ils restent ici au Canada », souligne-t-il.

Le ministre croit par ailleurs que le fait d'avoir réduit le sursis accordé aux gens dont les demandes ont échoué lors des audiences de détermination de statut de réfugié permettra de diminuer la « population de cas échoués au Canada », et que la réforme « a réussi à cet égard ».

Immigration et terrorisme

Selon l'Agence des services frontaliers du Canada, au moins 2000 des 44 202 immigrants illégaux ont un dossier criminel. Le ministre n'a cependant pas pu préciser combien d'entre eux pouvaient avoir des liens avec une organisation terroriste.

Il a plutôt rappelé qu'Ottawa travaille « pour arrêter ceux et celles qui sont tentés par cette idéologie », notamment avec l'adoption de la loi C-51.

« On a aussi adopté une loi sur le renvoi plus rapide des criminels dangereux. Par le biais de cette loi, on a réussi à renvoyer des dizaines de criminels très, très sérieux, et avec nos mesures pour cueillir des données biométriques, on va se permettre de ne plus avoir de criminels qui reviennent [au pays] avec des nouvelles identités », fait-il valoir.

Politique