•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Usine de gaz naturel à Bécancour : le projet reçoit le feu vert du BAPE

Gaz naturel

Des puits de gaz naturel de l'entreprise Corridor Resources à Penobsquis, au Nouveau-Brunswick

Photo : Michel Nogue/Radio-Canada

Radio-Canada

Le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) juge acceptable le projet d'usine de liquéfaction de gaz naturel de Stolt LNGaz. C'est ce qui ressort du rapport d'enquête et d'audience publique sur le projet de construction d'une installation de liquéfaction de gaz naturel à Bécancour par Stolt LNGaz inc, rendu public ce jeudi. 

« En raison des faibles impacts potentiels pour la communauté d'accueil et pour le milieu naturel, du fait que les risques technologiques associés aux activités de liquéfaction et de chargement du gaz naturel liquéfié seraient circonscrits à l'intérieur des limites du parc industriel, et de la taille comparativement modeste du projet, qui vise principalement les industries du nord-est du Québec et du Canada n'ayant pas actuellement accès au gaz naturel, la commission conclut que le projet de Stolt LNGaz est acceptable », peut-on lire dans un communiqué diffusé jeudi.

Le BAPE estime que le remplacement du mazout et du diesel par le gaz naturel contribuerait à réduire les émissions de gaz à effet de serre. 

Le rapport souligne que les risques associés au transport maritime du gaz naturel liquéfié sur le fleuve Saint-Laurent auraient dû être évalués. La commission d'enquête, présidée par Gisèle Grandbois, estime que le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) aurait dû demander à ce qu'ils soient pris en compte dans l'étude d'impact.

Le MDDELCC devrait prévoir un encadrement réglementaire concernant les montants minimums d'assurances responsabilité civile et les garanties financières requises pour les entreprises qui font la production et l'entreposage de matières dangereuses.

Le mandat d'enquête du BAPE a débuté le 2 février dernier.

Environnement