•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des projets de condos annulés, faute de demande

Condos en construction

Condos en construction

Photo : Radio-Canada/Luc Lavigne

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Rien ne va plus dans le marché montréalais des condos neufs, qui stagne depuis plusieurs mois. Les ventes ne sont pas toujours au rendez-vous, si bien que des constructeurs se voient forcés d'annuler certains projets domiciliaires.

Un texte de Maxime BertrandTwitterCourriel

Il y a trois semaines, l'entreprise Samcon a dû mettre au rancart un projet prometteur, à l'angle du boulevard René-Lévesque et de la rue Montcalm.

« On a fait un projet de 135 unités à dix étages, commencé à vendre, mais la vente était assez lente », dit Sam Scalia, le président de Samcon.

Le hic, c'est que ce projet domiciliaire, le MUZ, est arrivé au moment où le marché ne pouvait plus absorber de nouveaux condos.

« On a mis les efforts pendant à peu près deux ans afin d'essayer de décoller le projet, mais là, ça devenait trop risqué parce que le nombre de ventes n'était pas au rendez-vous », explique Jean-Noël Lemire, vice-président des ventes chez Samcon.

L'entreprise a donc fermé le bureau de vente du MUZ il y a trois semaines et a entrepris d'évaluer d'autres options.

En attendant, la direction a décidé de se concentrer sur des projets plus porteurs, comme le Métropol, un projet de 199 condos répartis sur 10 étages. On y trouve des appartements luxueux, une salle de culture physique, une piscine sur le toit et, en prime, un emplacement exceptionnel : près de l'UQAM, du nouvel hôpital du CHUM, du centre-ville de Montréal.

Mais même ici, les ventes traînent.

En principe, tous les appartements devraient déjà être vendus. Or, 32 d'entre eux n'ont pas encore trouvé preneur.

« Le marché est engorgé. On parle actuellement d'environ 200 unités neuves qui seraient invendues au centre-ville de Montréal », affirme Hélène Bégin, économiste principale au Mouvement Desjardins. « La bonne nouvelle c'est que les promoteurs sont prudents. Quand ils voient que leur projet a moins de chance de se vendre rapidement, ils préfèrent se retirer », ajoute-t-elle.

« C'est un contexte assez difficile, qui a demandé des remaniements incroyables » comme des compressions de personnel et des restructurations de budget, renchérit Jean-Noël Lemire, de l'entreprise Samcon.

Il y a tout de même des projets qui réussissent, comme le complexe YUL, installé tout près d'une autre initiative qui a flanché au début de l'année.

Le projet, qui comprend deux tours de 38 étages, 800 condos et 17 maisons de ville, affiche un taux de prévente de 55 %. Son secret : « Des acheteurs de Dubaï, des acheteurs de La Nouvelle-Orléans, de la Chine et aussi beaucoup d'acheteurs locaux », nous confie Steve Di Fruscia, le PDG de l'entreprise Tianco.

Reste que tous n'ont pas une telle clientèle. Selon les analystes, le marché du condo devrait stagner encore au moins un an, le temps d'absorber tous les appartements invendus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !