•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des cellules sanguines trouvées dans des fossiles de dinosaures albertains?

Ce qui ressemble à des cellules de sang a été trouvé dans cette griffe de dinosaure carnivore ayant vécu pendant la période du Crétacé.

Ce qui ressemble à des cellules de sang a été trouvé dans cette griffe de dinosaure carnivore ayant vécu pendant la période du Crétacé.

Photo : Laurent Mekul

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

De probables traces de sang ont été trouvées sur des fossiles de dinosaures qui reposaient au musée d'histoire naturelle de Londres, avant d'être mis au jour par des scientifiques, selon une étude publiée mardi.

Plusieurs organismes microscopiques, dont certains ressemblent à des cellules de sang contenant des noyaux, ont été trouvés sur des restes d'un gorgosaurus, un cousin lointain, mais plus petit, du célèbre tyrannosaure, ainsi que dans ceux d'un dinosaure à cornes. Les fossiles vieux de 75 millions d'années avaient été trouvés en Alberta.

L'étude a été publiée dans le journal spécialisé Nature Communications. Pour parvenir à ces résultats, les scientifiques ont utilisé une sonde ionique focalisée, une technologie notamment utilisée en médecine.

Les cellules trouvées sur les fossiles sont semblables à celles de l'émeu, un oiseau géant vivant en Australie, ont-ils observé. Certains membres de la communauté scientifique pensent que les oiseaux et les dinosaures seraient liés à plusieurs égards, au fil de l'évolution.

Pas de Parc jurassique

Les chercheurs sont toutefois sceptiques à l'idée de pouvoir recréer des dinosaures à la manière du film Jurassic Park. « Il n'y a aucune preuve que des organites ou de l'ADN sont présents dans le noyau », a indiqué Susannah Maidment, une paléontologue de l'Imperial College de Londres qui a coécrit l'étude.

« Mais même si quelqu'un trouve des fragments d'ADN, nous ne serions pas en mesure de recréer un dinosaure comme dans Jurassic Park », a-t-elle expliqué. Pour ce faire, un génome complet serait nécessaire.

De plus, l'ADN est une structure fragile qui se désagrège au fil du temps, a rappelé François Therrien, un chercheur du musée Royal Tyrrell de l'Alberta, qui n'a pas participé à l'étude. « C'est une structure qui est tellement complexe qu'elle se désagrège d'elle-même et au-delà de 1,5 million d'années, il n'y a plus assez d'ADN de préservé », a-t-il précisé.

Le chercheur a rappelé que, par le passé, d'autres matières organiques avaient été trouvées sur des fossiles de dinosaures. Si cela est confirmé, il pourrait s'agir des premières cellules de sang de dinosaure jamais découvertes, a-t-il souligné.

Du sang de dinosaure?

François Therrien a toutefois invité à la prudence, en indiquant qu'il reste à prouver qu'il s'agit bien de cellules appartenant à ces reptiles géants.

« On parle de spécimens qui ont été découverts et collectés voilà une centaine d'années, qui sont restés dans des tiroirs pendant plus d'un siècle », a-t-il ajouté. « Maintenant, on regarde ces spécimens-là qui ont probablement été manipulés par beaucoup d'autres chercheurs auparavant. »

D'autres animaux ont aussi pu laisser leurs traces sur les fossiles, a fait valoir le scientifique.

Pour François Therrien, l'un des moyens de confirmer qu'il s'agit réellement de sang de dinosaure serait d'excaver d'autres fossiles. Cela permettrait de voir si les cellules sont toujours présentes, tout en écartant la possibilité que d'autres traces puissent s'y retrouver.

Les auteurs de l'étude croient également que d'autres recherches sont nécessaires, afin de pouvoir confirmer leur trouvaille.

Avec des informations de Marie-Ève DuSablon

Avec les informations de Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !