ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aller au menu principalAller au contenu principalAller au pied de page
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le parcours de Gilles Duceppe en 13 dates

Gilles Duceppe en 2005
Photo: TOM HANSON

Gilles Duceppe a repris la tête du Bloc québécois, quatre ans après l'avoir quittée à la suite d'une cuisante défaite électorale. Bon orateur et politicien combatif, il fut la figure du mouvement souverainiste à Ottawa pendant plus de 20 ans avant son retrait après les élections de 2011.

Regard en 12 points sur le parcours de l'homme politique.


1 - LES JEUNES ANNÉES

Gilles Duceppe est l'aîné d'une famille de sept enfants. Né en juillet 1947, il a grandi dans le quartier ouvrier Hochelaga-Maisonneuve, à Montréal. Son père, le comédien Jean Duceppe, a toujours été engagé dans la politique et le syndicalisme. Titulaire d'un baccalauréat ès arts du Collège Mont-Saint-Louis, Gilles Duceppe étudie aussi en sciences politiques à l'Université de Montréal.


2 - 1968

Il est élu vice-président de l'Union générale des étudiants du Québec, où il côtoie les futurs députés péquistes Claude Charron et Louise Harel. Il dirigera également le journal étudiant Quartier Latin en 1970.


3 - 1970

Il devient membre du Parti québécois. Il travaille comme organisateur politique et secrétaire du candidat Robert Burns, un des sept candidats péquistes qui seront élus en avril.


4 - ANNÉES 1970

Il s'implique ensuite dans le journal communiste En lutte!, puis adhère à la Ligue communiste marxiste-léniniste et au Parti communiste ouvrier dans les années 1970.


5 - DE 1983 À 1990

Il travaille à la Confédération des syndicats nationaux comme conseiller syndical, puis négociateur.


6 - AOÛT 1990

Photo : Radio-Canada

Trois semaines après la fondation du Bloc québécois par Lucien Bouchard et des députés déçus de l'échec de l'accord constitutionnel du lac Meech, Gilles Duceppe devient le premier élu bloquiste à faire son entrée à la Chambre des communes. Il obtient alors quelque 70 % des voix à l'élection complémentaire dans la circonscription montréalaise de Laurier-Sainte-Marie, contre Denis Coderre.


7 - 1993

Il est réélu lors des élections générales, où le Bloc québécois, avec 54 sièges, obtient le statut d'opposition officielle. ll occupe différentes fonctions au sein de la formation, dont celle de leader parlementaire de l'opposition officielle.


8 - 1996

Photo :PC/Ryan Remiorz

Le chef du Bloc québécois, Lucien Bouchard, quitte son poste pour faire le saut en politique québécoise et prendre la tête du PQ. Gilles Duceppe est alors nommé chef du Bloc par intérim jusqu'à l'élection de Michel Gauthier. Lorsque ce dernier démissionne de son poste, en mars 1997, Gilles Duceppe lui succède.


9 - 1997

Lors des élections générales, le Bloc perd son statut d'opposition officielle. Le parti passe de 54 à 44 sièges et glisse en troisième position à la Chambre des communes, derrière le Parti réformiste. Gilles Duceppe est réélu aux élections fédérales de 2000, 2004, 2006 et 2008.


10 - 2007

Photo : PC/IAN BARRETT

À la suite de la démission d'André Boisclair à la tête du Parti québécois, il fait un saut de moins de 24 heures sur la scène provinciale. Le chef du Bloc québécois reprend son poste à Ottawa lorsque Pauline Marois annonce sa candidature à la direction du PQ. Les députés du Bloc lui réitèrent leur confiance comme chef du parti.


11 - MAI 2011

Photo :PC/Jacques Boissinot

Gilles Duceppe est défait dans Laurier-Sainte-Marie lors des élections générales, au cours de laquelle son parti est pratiquement rayé de la carte. Il annonce le soir même sa démission comme chef du parti.


12 - Novembre 2012

Il est nommé président du conseil d'administration de Duceppe, la compagnie théâtrale fondée par son père.


Gilles Duceppe
Gilles Duceppe annonce, pour la deuxième fois en quatre ans, sa démission comme chef du Bloc Québécois. © PC/Ryan Remiorz

13 - Octobre 2015

Revenu à la tête du Bloc québécois pour les élections fédérales, Gilles Duceppe est battu pour la deuxième fois de suite dans la circonscription de Laurier-Sainte-Marie. Il annonce sa démission comme chef du parti trois jours après le scrutin.

Politique