•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Résidence permanente : que des tests en anglais à Windsor 

Drapeau franco-ontarien
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario tire la sonnette d'alarme au sujet du fait que les immigrants francophones à Windsor ne peuvent pas subir leur test de compétence linguistique en français pour obtenir la résidence permanente.

L'épreuve est pourtant obligatoire. Selon Immigration Canada, un demandeur peut choisir entre le test en français et celui en anglais.

À Windsor, toutefois, nombre d'immigrants doivent se résoudre à passer le test en anglais ou à payer presque deux fois plus pour passer le test en français (440 $), qui est, par ailleurs, uniquement offert à Toronto, à 375 km plus loin. Les tests en français se donnent uniquement durant la semaine, alors que les demandeurs de Windsor peuvent passer le test en anglais durant la fin de semaine au YMCA.

Aude Cornec, qui vit au Canada depuis deux ans et demi, était « déçue et contrariée » de la situation. La bibliotechnicienne a décidé de passer le test en anglais.

Ça génère beaucoup plus de stress. J'étais quand même assez nerveuse, parce que je n'avais pas 100 % confiance en mes capacités linguistiques en anglais.

Audec Cornec, immigrante

Mme Cornec ajoute qu'il faut attendre de 6 à 8 semaines pour obtenir les résultats du test en français, comparativement à 8 jours ouvrables pour l'épreuve en anglais. Avec du recul, elle se dit désavantagée par le processus. Selon elle, la situation est anormale dans un pays bilingue et elle songe à porter plainte.

Contradiction

Selon le président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario, Denis Vaillancourt, cette situation mine la capacité de la province à retenir les immigrants francophones.

Si on est sérieux par rapport à l'accueil d'immigrants francophones, ils devraient avoir les mêmes accès, les mêmes privilèges que les groupes anglophones.

Denis Vaillancourt, président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario

Actuellement, seulement 2 % des immigrants qui s'établissent à l'extérieur du Québec sont francophones. L'objectif fédéral est pourtant deux fois plus élevé.

L'inaccessibilité des tests en français est un problème qui ne se limite pas à l'Ontario. Les nouveaux arrivants de Terre-Neuve doivent se rendre en Nouvelle-Écosse pour faire leurs tests.

Citoyenneté et Immigration Canada n'a pas commenté.

-D'après les informations d'Édith Drouin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario