•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mobilisation pour faire débaptiser le pont Langevin à Calgary

Photo du pont Langevin à Calgary.

Le pont Langevin traverse le fleuve Bow pour relier le centre-ville de Calgary au quartier Bridgeland-Riverside.

Photo : Geneviève Normand/Radio-Canada

Radio-Canada

Après le dépôt des recommandations de la Commission de vérité et réconciliation, une résidente de Calgary a lancé une pétition pour faire changer le nom du pont Langevin (Nouvelle fenêtre), baptisé de la sorte en l'honneur de l'un des artisans des pensionnats autochtones.

Cathleen Foster n'a pas de lien particulier avec les communautés autochtones. Toutefois, les récentes conclusions de la Commission de vérité et réconciliation du Canada sur les pensionnats autochtones l'ont touché en plein coeur. Alors quand elle découvre dans un reportage l'origine du nom du pont Langevin à Calgary, son sang ne fait qu'un tour : « Ça m'a choquée, ça m'a révoltée. Ce n'est d'habitude pas dans mon tempérament, mais cette fois-ci je me suis dit qu'il fallait que je fasse quelque chose », raconte-t-elle.

Elle décide immédiatement de lancer une pétition (Nouvelle fenêtre) pour débaptiser le pont Langevin. En moins de trois jours, près de 450 personnes ont signé. Elle souhaite atteindre un millier de soutiens pour présenter la pétition au maire Naheed Nenshi.

Né à Québec en 1826, Sir Hector-Louis Langevin a été désigné par la Commission comme étant l'un des architectes du système des pensionnats qui, entre la fin du 19siècle et l'année 1996, a arraché plus de 150 000 enfants autochtones à leur famille. Il était, jusqu'à présent, surtout connu pour son rôle de ministre des Travaux publics ou celui de maire de la Ville de Québec.

Pour pouvoir éduquer les enfants correctement, nous devons les séparer de leurs familles. Certains peuvent penser qu'il s'agit d'une mesure radicale, mais nous n'avons pas d'autre choix si nous voulons les civiliser.

Sir Hector-Louis Langevin, 1883

Après six ans de travaux et plus de 7000 témoignages recueillis, la Commission a conclu à un « génocide culturel ». Un terme fort avec lequel Cathleen Foster est tout à fait en accord. « Maintenant que la vérité a éclaté, je pense que c'est un geste important de changer le nom du pont (...) ça fait partie de la procédure de réconciliation », estime-t-elle. Elle propose d'ailleurs « Reconciliation bridge » comme nouveau nom pour le pont.

Il existe également à Calgary une école au nom d'Hector-Louis Langevin, qui selon Cathleen Foster, devrait aussi être débaptisée. Mais elle a préféré pour l'instant mettre l'accent sur ce pont emprunté par de nombreux Calgariens chaque jour.

Alberta

Autochtones