•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bountiful : Winston Blackmore en Cour suprême pour contester des accusations de polygamie

Winston Blackmore répond aux questions des journalistes après sa comparution en Cour provinciale le 9 octobre 2014.

Winston Blackmore répond aux questions des journalistes après sa comparution en Cour provinciale le 9 octobre 2014.

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un des chefs de la secte mormone fondamentaliste de Bountiful, dans le sud-est de la Colombie-Britannique, sera de retour en Cour suprême provinciale à Vancouver lundi.

Winston Blackmore, qui est accusé d'avoir épousé 24 femmes, a soumis une pétition en février demandant à la Couronne d'annuler l'accusation de polygamie portée contre lui. Le procureur général de la province aurait nommé de manière irrégulière le procureur spécial Peter Wilson, en charge de son dossier et de celui de trois autres hommes, selon les documents remplis par M. Blackmore.

De jeunes élèves jouent au ballon dans la cour de l'école de la communauté mormone de Bountiful.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

De jeunes élèves jouent au ballon dans la cour de l'école de la communauté mormone de Bountiful.

Photo : La Presse canadienne / Joe Sales

L'avocat de l'accusé, Joe Arvay, devra argumenter que le gouvernement ne peut pas nommer sans cesse de nouveaux procureurs jusqu'à ce qu'il obtienne les accusations qu'il désire.

Il a déjà réussi à faire valoir cet argument en 2009, lorsque la Cour suprême provinciale a rejeté les accusations de polygamie auxquelles faisaient face M. Blackmore et un autre chef de la secte de Bountiful, James Oler. Selon la juge, la décision de l'ancien procureur de la province de demander à un troisième procureur spécial de se charger de l'affaire était « illégale ».

De nouvelles accusations de polygamie ont été déposées contre M. Blackmore l'année dernière, ainsi qu'une accusation d'avoir illégalement déplacé un enfant de moins de 16 ans à l'extérieur du pays, dans le but de commettre des actes violant le Code criminel. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !