•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une récompense de 100 000 $ offerte pour retrouver les meurtriers évadés

Les fugitifs Richard Matt et David Sweat

Les fugitifs Richard Matt et David Sweat

Photo : La Presse canadienne / AP

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une récompense de 100 000 $ américains est offerte pour toute information menant à la capture des deux meurtriers qui se sont enfuis d'une prison à sécurité maximale de l'État de New York, à 32 kilomètres de la frontière canadienne, près du Québec.

Selon les autorités, les deux meurtriers ont eu recours à de puissants outils électriques pour percer des ouvertures dans des murs et de gros tuyaux d'acier pour s'enfuir du Centre correctionnel Clinton à Dannemora, samedi.

Les autorités enquêtent pour déterminer comment les détenus ont obtenu les outils pour réaliser cette évasion digne du film À l'ombre de Shawshank. Le gouverneur de l'État de New York, Andrew Cuomo, a déclaré dimanche qu'il s'agissait d'un « plan sophistiqué ».

David Sweat, 34 ans, purgeait une peine de prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle pour avoir tué un shérif adjoint en 2002. Richard Matt, 48 ans, a été condamné à au moins 25 ans de prison pour avoir enlevé, tué et démembré son ancien patron en 1997.

Les forces de l'ordre de l'État de New York ont établi des barrages routiers et déployé des chiens policiers et des hélicoptères pour retrouver les fugitifs. Des centaines d'agents se sont dispersés dans la région autour de la prison en suivant des dizaines de pistes potentielles.

Mais les autorités admettent qu'elles ne savent pas vraiment où les fugitifs pourraient se trouver. Ils pourraient avoir traversé la frontière avec le Canada ou s'être rendus dans un autre État américain, a indiqué M. Cuomo.

« Il s'agit d'une situation de crise pour l'État », a déclaré le gouverneur.

Ce sont des hommes dangereux capables de commettre des crimes graves de nouveau.

Une citation de :Le gouverneur Cuomo

Pas de « chasse à l'homme » canadienne

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a avisé ses agents en poste dans les détachements près de la frontière de garder l'oeil ouvert. La caporale Camille Habel a précisé que bien que les agents postés à Valleyfield et dans les détachements frontaliers aient été alertés, aucune « chasse à l'homme » n'est en cours puisque la GRC n'a reçu aucune information indiquant qu'ils auraient franchi la frontière.

L'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) a également lancé un avis de signalement demandant aux agents des postes frontaliers d'être attentifs au cas où les deux fugitifs tenteraient d'entrer au Canada.

La Police provinciale de l'Ontario a transmis une alerte interne à ses agents, mais la Sûreté du Québec (SQ) n'a reçu aucune instruction spéciale concernant l'évasion des deux meurtriers.

Un porte-parole de la SQ, le sergent Ronald McInnis, a indiqué que la police provinciale pourrait agir éventuellement si elle reçoit une demande d'assistance de la GRC ou de l'ASFC.

L'évasion des deux meurtriers a été signalée samedi. Leurs deux cellules contiguës étaient vides au moment de la ronde d'inspection matinale. Ils avaient rempli leur lit de vêtements pour faire croire qu'ils dormaient.

Les fugitifs ont laissé derrière eux une note pour les agents correctionnels qui disait : « Bonne journée! »

Selon le gouverneur Cuomo, personne n'a réussi à s'évader de la section à sécurité maximale de la prison de Clinton, qui est ouverte depuis 1865.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !