•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du rouge à lèvres dans le dos en soutien à Raif Badawi

Photo tirée de la campagne #backlash, en appui à Raif Badawi
Photo tirée de la campagne #backlash, en appui à Raif Badawi Photo: twitter.com/thobba1

Pour dénoncer la peine de 1000 coups de fouet infligée à Raif Badawi, une nouvelle campagne d'appui circule sur les réseaux sociaux. On invite les gens à se dessiner des traits rouges, à l'image des coups de fouet auxquels le blogueur est condamné, dans le dos avec du rouge à lèvres puis à publier une photo sur Twitter, Facebook ou Instagram avec le mot-clic #Backlash.

Un texte de Geneviève ProulxTwitterCourriel

Déjà des centaines d'internautes ont répondu à l'invitation d'un groupe de personnes à travers le monde qui soutiennent Raif Badawi. Même si Amnistie internationale n'est pas relié au mouvement, l'organisme se réjouit de toutes les initiatives qui dénoncent la peine de 1000 coups de fouet qu'il doit recevoir.

Une nouvelle campagne de soutien à Raif Badawi Photo : www.raifbadawi.org

Lancée lundi, cette campagne devrait durer 15 semaines. D'autres internautes ont changé leur photo de profil pour y mettre un carré jaune avec un trait rouge au centre.

Un nouveau site Internet soutenant Raif Badawi a également vu le jour. On y répertorie différentes façons d'aider le blogueur.

Vigile hebdomadaire

Comme c'est le cas chaque vendredi, des gens se sont rassemblés devant l'hôtel de ville de Sherbrooke pour une vigile en soutien à Raif Badawi. 

Certificat de sélection réclamé

Un peu plus tôt en journée, la porte-parole de l'opposition officielle en matière de relations internationales, Carole Poirier, et le porte-parole en matière d'immigration, Maka Kotto ont suggéré à la ministre de l'Immigration, Kathleen Weil d'émettre un certificat de sélection du Québec. « Ça amènerait le gouvernement fédéral à s'investir davantage dans ce cas. Ça aiderait ce père de famille à sortir de cet enfer », a dit M. Kotto. 

Selon les deux députés du Parti québécois, émettre un tel certificat augmenterait la pression. « Dans le cadre de l'entente Canada-Québec sur l'immigration, le cadre de référence du Québec est de s'occuper des réfugiés intérieurs et dans des cas de détresse avérés, le ministre de l'Immigration a la possibilité d'émettre un certificat de sélection. Quand la personne est en dehors des frontières, c'est la juridiction du fédéral. Mais à partir du moment que le Québec exprime par le biais d'un certificat de sélection, ça montre notre intérêt. Si on reste les bras croisés, le fédéral ne fera pas grand-chose », a expliqué Maka Kotto. 

Le blogueur saoudien Raif Badawi a été condamné à 10 années de prison et à 1000 coups de fouet sur une période de plusieurs mois. Il a reçu une première série de 50 coups de fouet en janvier dernier. Depuis, les séances ont été reportées à 15 reprises.

Il avait été arrêté en juin 2012 après avoir critiqué le régime saoudien et s'être exprimé sur l'islam sur son blogue. Il a été inculpé de cybercrime, d'apostasie et de désobéissance à son père, ce qui constitue un crime dans le royaume. Une fois la peine de prison purgée, il lui sera interdit de voyager pendant 10 ans.

Sa femme, Ensaf Haidar, et leurs enfants sont présentement réfugiés à Sherbrooke, au Québec.

Du rouge à lèvres dans le dos en soutien à Raif Badawi

International