•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maison Pollack : « On n'a pas le pouvoir d'agir » - Régis Labeaume

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le maire Régis Labeaume affirme que son administration fait tout ce qu'elle peut pour forcer l'actuel propriétaire de la Maison Pollack à réaliser des travaux urgents sur la résidence patrimoniale de la Grande Allée.

Le maire Régis Labeaume affirme que son administration fait tout ce qu'elle peut pour forcer l'actuel propriétaire de la Maison Pollack à réaliser des travaux urgents sur la résidence patrimoniale de la Grande Allée.

La maison construite en 1909 est laissée à l'abandon depuis plusieurs années, et des rénovations majeures sont nécessaires pour restaurer la demeure aux grandes colonnes blanches.

Hier, la conseillère municipale Anne Guérette a fait une sortie pour dénoncer l'inaction de la Ville de Québec pour sécuriser la maison. La conseillère affirme que de nombreux citoyens se sont plaints de l'état de détérioration de la résidence. Comme la maison n'est pas clôturée et qu'elle est facile d'accès, ce dossier est une question de « sécurité publique », particulièrement à l'approche de la saison touristique, selon Anne Guérette.

« C'est bien gentil qu'elle nous dise ça, mais qu'elle mette le nez dans les livres et elle va comprendre comment ça marche. On n'a pas le pouvoir », a rétorqué le maire Labeaume jeudi soir.

L'administration Labeaume tente actuellement de trouver une solution légale pour forcer le propriétaire à réaliser les travaux. « C'est un gars de Montréal. Il s'en fout complètement. À l'arrondissement, ils travaillent très fort pour trouver un détour légal pour pouvoir lui serrer la vis », a résumé le maire Labeaume.

Des pouvoirs pour le patrimoine

La Ville de Québec demande au gouvernement du Québec le pouvoir d'intervenir dans ce genre de dossier en obtenant le statut de capitale nationale.

En mai, le ministère des Affaires municipales a annoncé la création d'une table de concertation entre le gouvernement du Québec et la Ville de Québec pour permettre la rédaction d'une loi définissant les pouvoirs qui se rattacheront à ce statut de capitale nationale. Le patrimoine fait partie des discussions.

Des cavités apparaissent au pied des colonnesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des cavités apparaissent au pied des colonnes

« On demande deux choses dans ce genre de dossier là : intervenir dans le patrimoine qui se dégrade et intervenir auprès des voyous de l'immobilier. Dans les deux cas, on n'a pas de pouvoirs pour le faire et on demande d'avoir les pouvoirs pour le faire », explique le maire.

Martin Dubois, qui est consultant en patrimoine et en architecture, confirme que la marge de manoeuvre de la Ville est limitée puisque la maison n'est pas classée selon la Loi sur le patrimoine culturel.

« Ça donnerait à la Ville ou au ministère de la Culture plus de mordant pour obliger le propriétaire à faire quelque chose. Dans ce cas-ci, on doit se fier plus aux règlements de salubrité et de sécurité et c'est plus difficile. Oui, c'est préoccupant. »

L'imposante résidence, construite en 1909 pour un industriel, a été habitée longtemps par le commerçant Maurice Pollack, qui a fait fortune dans le commerce de détail.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !